Livre numérique : Repousser

 

Sommaire

 

Introduction

 

Chapitre 1 : Sur la table du Grand Sacrifice, l’humanité a repoussé la Lumière et le Fils de l’Homme en est mort et a quitté la terre prématurément.

 

Chapitre 2 : L’état de veille est la petite clochette qui tinte à travers l’intuition et qui vous met en garde afin que ce qui s’approche de vous soit ressenti bien avant. Ainsi pouvez-vous repousser ce qui ne vibre pas avec la Lumière, avec la Sainte Parole, avec la Pureté de la Féminité.

 

Chapitre 3 : La veille, femmes de la terre, c’est ne laisser que la Lumière vous inonder et ainsi sont repoussées au loin toutes les tentations qui veulent s’immiscer en vous afin d’agir à travers vous.

 

Chapitre 4 : Et si dans la veille vous vous tenez alors votre flamme peut s’élever comme une prière, prière qui se donne à la Lumière. Ainsi en retour la force vous est donnée afin de ne pas succomber à la tentation et de repousser au loin tout ce qui ne vient pas de la Lumière.

 

Chapitre 5 : Nos corps réunis, autour d’un lieu ou d’êtres pour les protéger, repoussent tout, rien ne peut traverser même pas un petit souffle d’air.

 

Chapitre 6 : La Vague qui vient va tout submerger élevant ou repoussant, finalisant ainsi le tri qui se termine dans ce temps du Jugement final.

 

Chapitre 7 : L’amour rayonne d’elle, mais il  est telle une onde glacée qui repousse tout ce qui ne vibre pas dans la Lumière de la Volonté du Créateur.

 

Chapitre 8 : Suivant le choix de chaque femme pour ou contre la Lumière, elle vient prendre ou repousser, elle vient sauver celle qui veut servir la Lumière ou éloigner définitivement celle qui se dresse contre la Lumière.

 

Chapitre 9 : Mon bouclier d’argent protégera la féminité se mouvant dans les Lois de la Lumière et repoussera la femme qui se détourne de la Volonté de la Lumière.

 

Chapitre 10 : Je viens vers toi tel un souffle libérateur qui soit va te protéger ou soit te repousser.

.

Conclusion

.

« N’est-ce pas toi, ô Dieu, qui nous as repoussés, Et qui ne sortais plus, ô Dieu, avec nos armées? Donne-nous du secours contre la détresse! Le secours de l’homme n’est que vanité. Avec Dieu, nous ferons des exploits; Il écrasera nos ennemis. »

Ancien Testament » Les Livres poétiques » Psaumes » chapitre 108 : 12-14

 

 

No Comments »