Bonjour Monsieur,

Lorsque j’essaie de mettre ces deux exhortations en rapport, je ressens une grande différence.

Voici mon analyse :

« Laissez les morts enterrer leurs morts » s’adresse à des personnes vivantes déjà dans la Vérité de la Parole, elle peut donc induire en erreur la masse des croyants qui ne manqueront pas de se jucher au sommet de cette parole pour regarder avec une hypocrite compassion leurs contemporains.

« Devenez des êtres vivants dans les Lois de la Parole » est plus sévère.

Elle signifie : vous n’êtes pas encore vivants, vous êtes des morts. laissez votre état de vivant mort ou de mort-vivant, cessez de vous leurrer, devenez maintenant des êtres vivants.

Ici il est impossible de se leurrer, de se mentir, de se flouer, de se mystifier, de se berner, de se s’enjôler car on est jeté avec rudesse du haut de nos trônes artificiels aux Pieds de la Parole, aux Pieds des lois de la Parole.

Et on a plus le temps de juger les autres puisque l’on est appelé à un grand travail personnel : rendre la Parole vivante en soi, devenir vivant en rendant la Parole vivante en soi.

Que pensez vous de cette analyse ?

 

Réponse de DANIEL :

 

Monsieur ,

Jésus dit à un autre homme : «  Suis-moi.  »  Celui-ci répondit : «  Permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père  »,  et Jésus lui répondit alors : « Laisse les morts enterrer leurs morts, mais toi, va annoncer le Règne de Dieu.  »

 

Ces quelques paroles prononcées par Jésus sont bien sûr actuelles et tout aussi exactes de nos jours. La personne interpellée par Jésus était bel et bien « vivante » dans le sens précis que celle ci croyait au Fils de Dieu et en Sa Mission. En effet, aussitôt après la sentence tombait : « Laisse les morts enterrer leurs morts »,  ce qui indiquait bien que l’homme à qui Jésus avait dit « Suis-moi » n’avait plus rien à voir avec ceux (notamment son propre père) qui étaient déjà morts et qui n’avaient donc plus rien de vivant en eux, il lui était indiqué d’annoncer le Règne de Dieu puisqu’il savait et détenait désormais la Vérité en reconnaissant un Fils de Dieu, et qu’il s’apprêtait à Le suivre, c’est-à-dire à se conformer à Ses Enseignements.

 

Je suis entièrement d’accord avec vous : cette sentence s’adresse à ceux qui ont par conséquent déjà reconnu la Vérité, que Celle-ci soit prononcée par le Fils de Dieu il y a deux mille ans ou apportée il y a seulement quelques petites dizaines d’années par le Fils de l’Homme dans Son Message et ces paraboles sont bien évidemment éternelles. Bien entendu, il ne suffit pas de lire et comprendre ces Paroles, encore faut-il les vivre, les ressentir et ainsi les rendre vivantes en soi. Et surtout, ne pas commettre l’erreur de s’arrêter et ainsi de contempler le monde et les petites âmes qui y cheminent.

 

D’où cette deuxième exhortation « Devenez des êtres vivants dans les Lois de la Parole » ¨qui fut donnée et offerte par le Fils de l’Homme et que vous mettez en parallèle, face à la précédente parabole du Fils de Dieu est-elle pour autant plus sévère ?

 

Il est indiqué ceci : « devenez des êtres vivants » signifie pour moi que celui qui s’inscrit dans La Parole n’est plus à proprement parler mort. Mais il doit en quelque sorte faire un immense travail sur lui-même afin de véritablement devenir vivant.  Lorsqu’il se sera approprié cette Parole, c’est-à-dire qu’il l’aura assimilée et qu’il en sera vraiment imprégné, il deviendra réellement vivant, animé et vibrant dans la Sainte Volonté.

 

Ainsi, pour ma part, la parabole offerte par Jésus indique en quelque sorte ce premier pas que doit accomplir l’homme pour quitter le monde des « morts », et s’affranchir de ceux qui n’ont pas reconnu la réalité, la Vérité Eternelle. Mais cela n’est pas suffisant pour les temps présents, et Abdruschin indique alors cette deuxième étape décisive à accomplir pour devenir véritablement « vivant » dans la création.

 

Il ne suffit plus de reconnaître les Enseignement apportés par deux Fils de DIEU, mais il devient obligatoire de les vivre concrètement et il faut désormais, de manière vivante et palpable rendre la Parole vivante en soi en suivant scrupuleusement les Lois de la Création.

 

Voilà les quelques réflexions que j’avais à vous apporter.

 

DANIEL.


Commentaires fermés sur « Laissez les morts enterrer leurs morts » et « Devenez des êtres vivants dans les Lois de la Parole »

 

Bonjour Monsieur,

 

Celui qui aspire à des valeurs spirituelles doit-il se tenir loin avec une moue dédaigneuse de ce véritable marigot de crocodiles qu’est la sphère politique ?

 

Mais si les idéalistes se tiennent loin de la politique qui donnera à ce métier ses lettres de noblesses ? Qui ancrera dans le domaine politique l’aspiration aux nobles valeurs spirituelles ?

 

Est-ce une mission impossible ? Faut-il laisser cette bête mourir de sa mauvaise mort, en se consacrant à l’essentiel : la construction du Royaume du SEIGNEUR sur terre ?

 

Que pensez vous de cette phrase : « la politique de l’avenir sera spirituelle, c’est à dire fondée sur une base spirituelle, ou elle ne sera pas » ?

 

Très cordialement.

 

Réponse de DANIEL

 

Monsieur,

Il y a maintenant près de deux mille ans, Jésus déclarait : « il faut rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » ; cette phrase fut abondamment commentée et les interprétations ne manquèrent pas. Ce fut même la source d’une doctrine fondatrice de la chrétienté et de la papauté qui édicta en quelque sorte la division et la distinction entre le pouvoir temporel (politique) et le pouvoir spirituel (religieux, théologique).

 

Dans la réalité, ce clivage n’exista pas. Au contraire, les grands de ce monde (rois, empereurs, princes, nobliaux de tous rangs) appartenant à l’occident chrétien, parce qu’ils détenaient le pouvoir temporel avec la force de leurs armées, s’étaient également appropriés le pouvoir religieux en effectuant leurs conquêtes au nom du Très Haut : Amérique centrale et du sud, Afrique, Inde …

 

Mieux encore, des empereurs, des rois  devinrent et s’octroyèrent la fonction de représentants de Dieu sur terre. Puis, au fil des deux derniers siècles écoulés, le pouvoir religieux et les dirigeants des églises retrouvèrent leur autorité propre et leur quasi autonomie alors que le monde musulman lui, et par delà les époques, se définissait et se plaçait de manière plus complète et globale en prenant en compte tous les besoins et aspirations de l’homme : c’est-à-dire ceux du corps et de l’âme où la pratique du pouvoir et celle de la religion et de la foi se trouvaient de ce fait confondus.

 

Actuellement, la mouvance politique, à l’instar de toutes les institutions a profondément changé et l’image qu’elle nous donne est dans l’ensemble plutôt négative. Par exemple, dans le monde occidental (Etats-Unis, Europe) ainsi que dans les autres pays dits « développés » ayant un certain niveau de vie (Russie, Japon, Australie, Nouvelle Zélande), les hommes détenant de hautes fonctions politiques, quelles que soient d’ailleurs leurs tendances ou options, sont de plus en plus décriés par leurs propres peuples. Il en est aussi de même de tous ces pays dits « en voie de développement » et qui se trouvent principalement en Afrique et en Amériques centrale et du sud, mais aussi le sous-continent indien où la misère continue ses ravages et où gronde une sourde révolte, la démocratie (ou ce qui pourrait lui ressembler et l’approcher) étant loin d’être présente. Et que dire des pays du proche et moyen orient actuellement en pleine effervescence où la marmite bouillonne et peut exploser à chaque moment, sans parler du conflit israélo-arabe qui perdure !. Quant à la Chine et l’Inde, le Brésil ou, la Corée, ce sont des puissances en devenir et leurs populations sont encore « entre deux eaux », satisfaites d’un certain bond économique, mais frustrées de la bonne et équitable répartition des nouvelles richesses produites et d’un manque certain de véritable démocratie (excepté l’Inde sur ce dernier point).

 

En un mot, le monde politique se trouve désormais en quelque sorte prisonnier et de plus en tributaire de ces autres univers que sont l’économie et la finance qui dirigent et font en fait trembler l’ensemble de la planète avec les bourses et les marchés financiers qui sont détenus par seulement quelques immenses sociétés et trusts.

 

Comment tout être sincèrement et véritablement croyant, vivant profondément sa foi et aspirant donc à des valeurs supérieures et nobles qui le transcendent peut-il désormais approcher de cette « mer visqueuse, répugnante et nauséabonde » sans se salir et sans perdre tout ou partie de son âme ? Comment tout homme attaché aux valeurs spirituelles peut-il côtoyer la fourberie, le mensonge, le calcul sordide, le jeu des alliances vraies et fausses ou momentanées ?

 

Doit-il rester désarmé et laisser à toute une clique le soin de gouverner et de régler la marche de millions voire de milliard d’individus désormais sous la coupe de seulement quelques puissants groupes sans noms et sans visages, la plupart anonymes comme les sociétés portant ce même vocable ?

 

Face à ce constat accablant, ce croyant sincère et profond doit-il donc ne se consacrer qu’à ce qui constitue l’essentiel, à savoir essayer d’aider à là  reconstruction d’un monde meilleur, plus juste, ne laissant pas sur le bord de la route les plus démunis et les plus faibles et ainsi, construire et édifier pierre après pierre  ce futur Royaume millénaire promis à notre planète ?

 

ooooooo

 

Mais là encore, l’homme ne peut plus maintenant agir à sa guise car beaucoup lui a été retiré, tout retiré même. Lors de Sa venue en terre germanique, le Seigneur a accompli une partie de Sa Mission qui est immense : outre La PAROLE DE VERITE qu’Il a apportée et léguée à cette humanité perdue et désemparée, le Seigneur par Sa Seule présence  a également « ouvert la brèche » et déclenché le Jugement final sur notre petite terre : ce Jugement que l’on connaît mieux sous l’appellation de JUGEMENT DERNIER. En effet, pendant toute cette période, l’humanité se trouve déshéritée de tous ses droits et la créature homme ne peut elle-même dicter sa propre petite loi comme il ne l’a malheureusement que trop fait jusqu’à présent.

 

Les évènements actuels qui s’accumulent jour après jour montrent à quel point cela se vérifie. Outre les catastrophes dites naturelles (tempêtes, tsunamis, tremblements de terre, dérèglements climatiques de tous ordres), et les bouleversements de toutes sortes (entre autres perturbations nucléaires) qui s’enchainent, les institutions et modèles constitutionnels conçus par les hommes se dérèglent, vacillent les uns après les autres comme des châteaux de cartes. Et il en est bien sûr exactement de même pour tout ce monde si particuleir de la politique et de l’affairisme : les têtes des despotes tombent, les responsables de pays pourtant réputés pour leur systèmes démocratiques « ne savent plus à quels saints se vouer », les états chancellent devant les foules rassemblées qui demandent nourriture, de quoi se vêtir et justice et liberté, tandis que les mouvements spéculatifs s’accélèrent et les bourses s’affolent et s’effondrent, les scandales de tous ordres éclaboussent des castes et des hommes réputés et en place,  ….

 

Au fil des siècles puis des millénaires, toute activité humaine quelle qu’elle soit s’est pervertie et corrompue, montrant à l’évidence que la créature qui peuple cette terre ne mérite pas, ne mérite plus de la diriger et de la façonner à sa manière. 

 

Que ce soit dans toutes les activités : la science, la médecine, le journalisme, l’art sous toutes ses formes, l’économie, le syndicalisme, les pratiques et croyances religieuses, la chose publique, tout l’ensemble des actions et des initiatives effectuées par l’être humain et ce qu’il tente de réaliser est désormais quasiment voué à l’échec. Bien sûr, comme partout et dans tous les domaines, il existe bien ici et là quelques « bonnes âmes » dévouées, généreuses, désintéressées  qui essaient encore de surnager et de se fixer un cap, une mission. Mais combien parmi la multitude y parviennent-elles ?

 

Attention, je ne déclare pas que notre époque est incapable d’engendrer des êtres dignes de pouvoir s’appeler homme, mais force est de faire le constat de cet échec généralisé. Et comme vous le remarquez fort justement par cette phase : « Mais si les idéalistes se tiennent loin de la politique, qui donnera à ce métier ses lettres de noblesses ? Qui ancrera dans le domaine politique l’aspiration aux nobles valeurs spirituelles ? ». Et qui donc au beau milieu de toute cette sphère particulière d’activité où le service de soi en faveur de la collectivité et de tous pourra bien se réaliser véritablement ?

 

ooooooo

 

L’histoire de l’humanité a toujours montré que les événements provoquaient et suscitaient immanquablement l’émergence d’hommes et de femmes prêts à assumer de hautes et nobles destinées, et ce dans tous les domaines. Quand par exemple, un pays et ses habitants se trouvent en danger et menacés par l’invasion et l’occupation de troupes étrangères sur son sol, tôt ou tard, se révèle un combattant, un patriote et le sursaut qu’il provoque amène le peuple à le suivre et en fin de compte à triompher. Quand une épidémie ravage des régions ou des pays entiers, il se trouve toujours un individu qui se lève et fait face en trouvant la parade pour éradiquer le fléau.

 

Dans ces temps si confus et si durs, dans  ces tempêtes qui ne laissent que peu de répit, dans cette traversée du JUGEMENT qui est aussi bien globale (les pays ou les continents, les peuples et les populations) qu’individuelle et qui touche et marque profondément, Seul Celui qui a été promis depuis des millénaires par les écritures et qui n’a pas encore été reconnu par l’humanité, Seul donc le FILS DE L’HOMME annoncé est à même de par Son Origine à sauver la planète de la perdition. Et nous sommes précisément dans ce temps messianique, cette époque si particulière et unique que Jésus, le FILS DE DIEU, ainsi que Jean et bien des prophètes à leurs manières ont prédite. Nous sommes donc entrés dans ce mouvement où comme cela a déjà été annoncé « la douzième heure de l’horloge cosmique a sonné ». Jean, dans son APOCALYPSE a notamment donné aux hommes les récits et les images de ce que l’humanité devrait affronter, ce qu’elle doit maintenant affronter.  Dans de nouvelles et ultimes révélations auxquelles il nous est permis d’accéder, le même Jean comme d’autres êtres petits et grands vivant sur cette planète nommée terre, ou d’autres entités provenant  des Hauteurs Lumineuses, témoignent et nous confirment ce temps du JUGEMENT DERNIER.

 

Et dans ce JUGEMENT, il nous est indiqué que le FILS DE L’HOMME est déjà là, bien présent, avec Ses Armées pour triompher du Mal, effacer le Faux, éliminer l’Erreur, faire disparaître la Souffrance et la Douleur. Quand tous ces fléaux auront disparu de la surface de cette terre et que celle-ci aura enfin retrouvé tout son pur éclat, sa beauté véritable et ses couleurs resplendissantes, alors, se construira et s’élèvera sous Sa majestueuse et grave Autorité Son Royaume. Ainsi, celles et ceux qui auront survécu aux flammes purificatrices, pourront-ils commencer à bâtir le véritable renouveau sur terre.

 

Alors, comme dans tous les domaines y compris bien sûr celui de la politique au sens noble du terme, s’ancrera tout naturellement cette puissante et vibrante aspiration aux valeurs spirituelles. Et les hommes, sous la conduite éclairée d’IMANUEL, le FILS DE L’HOMME commenceront à concevoir et mettre en place des institutions et des lois solides et justes afin que la paix, l’harmonie et le véritable don de soi règnent désormais entre les différentes classes sociales, races et ethnies, croyances et usages.

 

ooooooo

 

On prête à André Malraux, les propos suivants : « Le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas » (le terme religieux fut également utilisé). Suivant comme son ombre le parcours du Général de Gaulle en endossant notamment entre 1959 et 1969 au sein de tous les gouvernements nommés par ce dernier, les fonctions de  » ministre d’Etat, chargé des Affaires Culturelles », celui-ci se défendit pourtant d’avoir prononcé cette phrase pourtant si admirable et tellement prophétique.

 

Je rappellerai et mettrai donc en association et en résonance la dernière formule que vous employez  faisant l’objet et le support de votre légitime interrogation :  » la politique de l’avenir sera spirituelle, c’est à dire fondée sur une base spirituelle, ou elle ne sera pas  » et qui rappelle ainsi étrangement et rejoint fort à propos la citation de celui que s’engagea comme écrivain et homme public.

 

D’autres écrivains ou poètes français et d’origine française de très grande renommée tels que Lamartine,  Victor Hugo, Chateaubriand, Aimé Césaire ou Léopold Sédar Senghor côtoyèrent ou entrèrent eux aussi dans cette « sphère politique » voulant ainsi en quelque sorte, par l’engagement civique et par l’exercice du pouvoir, faire revivre, concrétiser et accomplir dans l’action publique tous leurs idéaux, toutes leurs passions romanesques ou artistiques qu’ils avaient en eux. Tout cela montre à l’évidence que l’homme de lettres ou l’homme de l’art tout court est quelque part profondément intéressé et attiré par le monde de la politique, celui-là même qui peut donc lui donner l’occasion de vraiment construire et bâtir.

 

OUI, comme André Malraux le pressentait déjà il y a seulement quelques petites dizaines d’années, OUI, comme vous-même, Monsieur, le vivez et l’annoncez aujourd’hui même, OUI, comme moi-même je le ressens et le croit intensément, ce vingt et unième siècle deviendra entièrement, pleinement et totalement spirituel : la moindre pensée émise, la plus minuscule intention, l’action aussi minime soit-elle, la plus petite parole, toutes ressenties, produites, proférées et venant de l’être humain devront-t-elles être et seront-t-elles désormais profondément imprégnées et habitées par la SAINTE PAROLE et aussi puissamment éclairées grâce à la seule présence sur cette terre du FILS DE L’HOMME, le SEIGNEUR et ROI IMANUEL.

 

DANIEL

 

No Comments »

 

Bonjour Monsieur ,

 

Fondées pour servir la Lumière et conduire les humains vers la Lumière, les religions finissent par se transformer en instruments d’asservissement, d’assujettissement, d’oppression et de pouvoir au service exclusif de leurs dirigeants.

 

Ce glissement du pur service vers le service pour soi s’est inéluctablement, fatalement, immanquablement, inévitablement et inexorablement produit pour tous les cultes et pour toutes les Églises. Même le Mouvement du Graal n’a pas échappé à cette faillite.

 

Le fidèle qui découvre donc cette imposture tombe dans un dilemme :

 

1 – Doit-il rester au sein de sa communauté et essayer courageusement d’y apporter le mouvement spirituel en militant pour la Vérité ?

 

2- Doit-il se retirer silencieusement, presque lâchement pour se diriger seul dans la voie de la Vérité, avec bien sûr ceux de ses intimes qui accepteront de le suivre ?

 

Quelle est pour vous l’attitude juste qu’il convient d’adopter ?

 

Réponse de Daniel

 

Monsieur ,

 

Tout d’abord, et afin de situer et de bien cadrer votre interrogation, je me permettrai d’effectuer une sorte de petit préambule.

 

Le terme religion qui provient du terme latin « religio » recouvre en fait plusieurs sens :

– ce qui attache ou retient, lien moral, inquiétude de conscience, scrupule utilisé avant Jésus Christ par les romains, qui se traduit en fait par  le culte des démons.

relire, revoir avec soin, rassembler dans le sens de « considérer soigneusement les choses qui concernent le culte des dieux » selon Cicéron.

relier pour désigner « le lien de piété qui unit à Dieu » donné plus tard avec Lucrèce, Lactance, Tertullien qui voient son origine dans « religare ».

 

Initialement utilisé pour le Christianisme, l’emploi de ce terme religion s’est peu à peu étendu à toutes les formes de manifestation ayant rapport avec le sacré.  Voilà donc en quelques lignes tracées la signification et le sens du mot RELIGION que je me suis autorisé d’emprunter à Wiikipédia), et qui sont  couramment associés avec les termes relier et réunir.

 

Qu’en est-il advenu dans la réalité ?

 

Un morcellement, un éparpillement et toute une mosaïque de cultes, de  confessions, de croyances, d’églises, de sectes en effectifs plus ou moins importants se sont succédés au cours de ces derniers millénaires et une tendance qui s’est elle aussi malheureusement produite avec le Mouvement du Graal qui détenait théoriquement la SAINTE VERITE et qui n’a donc pas dérogé à ce fatal penchant en chutant lourdement lui aussi pour finalement se casser et se briser en plusieurs tendances. Relier et réunir est donc un concept qui se trouve bien éloigné de la réalité.

 

Je précise que je vais ne m’en tenir qu’à ce qui se rapporte directement avec l’Auteur de l’ouvrage « Dans la Lumière de la Vérité – Le Message du Graal », soit Abdruschin le Fils de l’Homme.

 

Les religions et confessions qui existent ou ont existé ne seront pas abordées, bien que la présentation que vous avez faite situe parfaitement le problème en soulignant la dérive de toutes ces institutions quelles qu’elles soient, c’est-à-dire cette aberration, cette fatalité et en définitive, l’immense faute commise par l’ensemble de ses responsables qui résume et constitue « ce glissement du pur service vers le service pour soi ».

*****

Actuellement, la situation de ceux qui connaissent et reconnaissent le Fils de l’Homme qui a apporté à l’humanité la VERITE à travers le VRAI MESSAGE de 1931 et celui remanié de l’année 1949se trouve extrêmement difficile et complexe. Les simples adeptes du Message remanié qui ne se posaient pas à priori trop de questions sur l’Origine et la Source de l’Œuvre immense et unique du Fils de l’Homme, doivent commencer à se poser de sérieuses réflexions sur les dissensions intervenues au sein même du Mouvement du Graal. Mais si ces lecteurs et chercheurs, qui un beau jour découvrent ou prennent enfin conscience que le Message qu’ils ont entre leurs mains, (et pour certains d’entre eux depuis des dizaines d’années), n’est pas du tout Celui rédigé par Abdruschin, je dirai familièrement ceci de leurs réactions : « la pilule devient amère et difficile à avaler».

 

Alors, pour le lecteur du MESSAGE DE VERITE qui a connu, qui a lu puis s’est peu à peu imprégné du Message de 1949 et qui apprend ensuite qu’il existe un autre Message, mais authentique celui-là, plusieurs voies et alternatives viennent immanquablement s’offrir à lui :

  • Il continue à croire au faux message et rejette donc pour toutes bonnes ou mauvaises raisons le Vrai Message de 1931 et poursuit ainsi son chemin vaille que vaille, dans le mouvement ou plutôt dans l’un des mouvements du Graal.
    • Il est à noter qu’il peut d’ailleurs tout aussi bien prendre cette même voie, mais de façon solitaire, donc hors de tout Mouvement se réclamant de Abdruschin.
    • Il s’accommode de l’existence des deux messages et considère qu’ils sont en quelque sorte complémentaires, non antagonistes ou contraires et poursuit là aussi son cheminement dans le mouvement auquel il adhère.
  • Il reconnaît le Véritable Message de 1931 en « coupant les ponts » avec tout mouvement se réclamant du Graal, telle fût la position de Monsieur André FISCHER récemment disparu et qui traduisit en outre en langue française le Message du Seigneur.
    • Il prend une position radicalement différente en rejetant tout d’emblée : le Vrai et le faux Messages. C’est en fait l’horreur totale, l’abomination et la désolation, car non seulement il ne croit plus à l’immense espérance apportée par la Venue d’un Fils de Dieu, mais il scelle son propre sort : la chute définitive de son esprit d’évolution puisqu’en fait, il rejette le Fils de l’Homme, ne Le reconnaissant plus comme tel.
    • Il quitte l’un des mouvements existants et, tout en continuant à croire en l’existence du PÈRE, retourne ou se tourne vers une religion existante (catholique, protestante, orthodoxe ….) ou une autre confession (bouddhique, musulmane, juive, …).
    • Il quitte aussi l’un des mouvements, mais poursuit en solitaire son propre cheminement et en ne ralliant aucune religion, croyance ou confession, mais en gardant la croyance en DIEU LE PERE.
    • Il se dégage avec fracas de l’un de ces mouvements du Graal en dénonçant et en proclamant haut et fort l’imposture effectuée par l’entourage immédiat du Seigneur après son Départ de la terre germanique en 1941 (position radicale prise notamment par Monsieur Hugo Saint-Hilaire).
    • Il se révolte, fait acte de résistance au sein même d’un des Mouvements du Graal et tente de faire valoir son point de vue en soutenant et promouvant le Vrai Message de 1931.
    • Il se « retire silencieusement », presque honteusement sans faire de bruit ni d’esclandre afin de poursuivre « sa quête » solitaire ou en la compagnie de ceux qui veulent bien emprunter cette voie (famille et proches).

 

Voici dont brossée la situation épouvantable et tragique qui existe désormais pour les lecteurs et adeptes du ou des messages du Graal. D’autres situations intermédiaires peuvent bien sûr se présenter, mais le propos n’est pas d’établir ici une liste de toutes les possibilités existantes et à venir qui rempliraient à coup sûr des pages et des pages tellement la confusion, le doute et le désarroi sont  extraordinairement grands.

*****

Cependant  et afin de pouvoir répondre très précisément à la question posée et qui correspond en fait aux deux dernières issues évoquées ci-dessus, peut-on réellement dire qu’il puisse exister en face de cette situation une attitude qui soit vraiment et authentiquement juste ?

 

Pour ma part, je dirai qu’il n’y a en la matière aucune solution qui puisse être réellement juste, donc appropriée, équitable et correcte, puisque tout dépend de celui ou de celle qui se trouve dans cette situation. Chacun réagira en effet selon sa personnalité, son propre parcours dans cette vie (et d’autres vies antérieures), et surtout ce qu’est réellement son être profond et véritable au moment où il se trouve confronté à un tel choix.

 

A certains, à beaucoup peut-être, cette réponse pourra à coup sûr apparaître comme étant une fuite, une sorte d’échappatoire pour ne pas trancher, pour ne pas donner de solution franche et nette. Mais quelle que soit la réponse apportée, est-elle pour autant définitive à un moment donné ? Ne peut-elle pas se changer et se modifier avec le temps et selon les êtres qui nous entourent et nous soutiennent ou que nous affrontons ?

 

In fine, et concernant donc cette interrogation, je vais tout de même répondre au dilemme posé (malgré le fait que pour moi, aucun choix n’existe véritablement  puisque comme  j’ai essayé de le présenter un peu plus haut, d’autres attitudes subsistent et ces deux en font tout naturellement partie.

 

Tout d’abord, j’indiquerai que si la personne tente vaillamment d’apporter la PAROLE VIVANTE issue de l’édition de 1931 en essayant de proclamer LA VÉRITÉ INALTÉRÉE ET PARFAITE, il subira à coup sûr et vraisemblablement très rapidement « les foudres de l’inquisition en place ». Cette moderne et nouvelle «  inquisition » ne manquera pas alors de rappeler les « tables de la loi »  et de condamner le rebelle pour l’exclure définitivement de son mouvement. Les adeptes seront d’ailleurs plus ou moins bien renseignés sur les motifs réels du départ et de ce fait, ne se poseront pour la plupart d’entre eux, que peu de questions.

 

S’il adopte l’autre attitude, celle empreinte de retenue et de discrétion, autrement dit partir de soi-même sans « tambour ni trompette » et donc prendre de façon quasiment clandestine la porte de sortie du mouvement auquel il appartenait, il libérera en quelque sorte sa conscience et pourra ainsi prendre une autre route, sans doute le cœur plus léger et serein, seul ou avec d’autres qui le suivront. Bien entendu, et vous l’évoquez, un soupçon de honte ainsi que le sentiment du déshonneur risquent de poindre à un certain moment et en plus, ceux qui le côtoyaient ne pourront s’empêcher de penser ou de clamer haut et fort que ce départ est tout de même une fuite, une véritable trahison.

*****

Tout cela montre à l’évidence que chaque situation, chaque cause  ou chaque posture est toujours difficile à assumer à un moment quelconque. Et le doute peut en plus survenir et en quelque sorte anéantir toute velléité offensive. Dès lors, n’est- il pas plus facile de juger et de prendre cette position plutôt confortable qui indiquerait que celui qui est en face de soi ou à côté n’adopte pas le bon comportement, c’est-à-dire celui que l’on prendrai donc soi-même face à une situation identique ?

 

Là encore, je ne puis m’empêcher de rappeler les célèbres paroles de Jésus, le Fils de Dieu rapportées cette foi-ci justement et fidèlement par Son Frère Abdruschin, le Fils de l’Homme et ayant trait au jugement que chacun peut porter sur autrui : « Tu vois une paille dans l’œil de ton frère ; mais tu ne vois pas la poutre qui est dans le tien ».

 

Et dans Son Message « DANS LA LUMIÈRE DE LA VERITE » en Sa conférence 75  intitulée « LA PAILLE ET LA POUTRE », ( Seigneur nous délivre les quelques utiles et nécessaires explications à ce sujet, notamment dans l’extrait suivant :

 

« …Mais l’homme ne peut et ne doit utiliser ces paroles du Fils de Dieu, qu’envers ses propres fautes. Lorsqu’il porte les yeux autour de lui et sur soi-même, il reconnaît bientôt que les fautes qui le gênent le plus chez le prochain, sont justement celles qui sont chez lui les plus prononcées et les plus importunes pour autrui.

 

Pour apprendre dès lors à mieux observer, ne considérez d’abord attentivement que vos prochains. Il y en aura bien un parmi eux qui aura quelque critique à faire à son prochain sur ceci ou sur cela et qui en parlera de façon ouverte ou détournée. Dès que ce sera fait, prenez cet homme, qui se sera attardé sur les défauts des autres ou même qui s’en scandalise, soigneusement en observation. Vous n’attendrez pas longtemps pour découvrir, à votre étonnement, que ce sont justement les défauts qu’il stigmatise si vigoureusement, qui existent le plus, chez lui.

 

C’est là un fait qui, au début va vous consterner, mais qui se manifeste toujours, sans exception. En jugeant les hommes, vous pouvez prendre cette règle comme déterminée, sans avoir à craindre de vous tromper. Il est établi qu’un homme qui s’énerve des fautes d’un autre, porte justement en soi le même défaut, mais à un degré encore bien plus étendu.

 

Livrez-vous tranquillement à cet examen. Vous y réussirez et vous reconnaîtrez la Vérité, parce que vous-mêmes y participez pas et que, par cela, vous ne prenez parti pour l’un ni pour l’autre… »

 

En un mot, juger et décider de la conduite de ses semblables nous autorise-t-il à les condamner ou à les encenser d’emblée ? Seul le Juge Suprême peut par définition décider des actes et intentions des petits esprits d’évolution que nous sommes. Chacun s’est forgé lui-même en bien et en mal, et chaque étincelle d’esprit que nous sommes est inévitablement confrontée à milles problèmes qu’il lui faudra résoudre, dénouer, et contourner pour ensuite les retrouver. Et il serait alors possible de résoudre d’emblée le dilemme posé par un oui ou par un non ?

 

Personnellement, sur ce sujet oh combien brûlant et grave, voire dramatique, puisqu’il concerne le l’attitude et le futur chemin à suivre, je ne puis ni condamner ni approuver telle ou telle position. La Balance que tient le Juge Suprême soupèsera et tranchera. Et puis, comme un certain nombre de personnes, je me trouve moi aussi dans ce cas de figure puisque j’ai eu à connaître le Message du Graal (celui de 1949) et à entrer dans le Mouvement du Graal depuis plusieurs dizaines d’années déjà. Et lors de ces toutes dernières années, j’ai eu la révélation et le choc de l’existence du Vrai Message, Celui de 1931.

 

Je ne pense donc pas qu’il faille à l’heure actuelle du JUGEMENT s’arrêter à ces détails que la LUMIÈRE tranchera là aussi inéluctablement en rétablissant la VÉRITÉ par la venue du SEIGNEUR et ROI. Il nous faut présentement tenter d’acquérir une certaine maturité, et pour cela faire un inlassable travail sur soi afin de nous purifier et essayer d’être digne de pouvoir continuer notre cheminement vers les hauteurs.

.

Ces « querelles de clocher » (si je puis m’exprimer ainsi) ne sont désormais plus de mise face à tout ce qui nous attend individuellement et collectivement. Certes, il peut toujours être utile et nécessaire de « lancer son coup de gueule » afin d’alerter et réveiller son prochain. Et comme d’autres, il peut m’arriver de le faire bien que cela ne soit pas dans mon registre et mon tempérament.

.

Chacun doit jouer dans son propre répertoire et sa spécificité, car à partir de là, il peut mette en valeur et  promouvoir son petit message, faire entendre sa  petite musique en utilisant le bon motif ou la bonne note qui atteindront alors inévitablement leur but.

 

Pour enfin en terminer, sera assurément juste l’attitude  de celui ou de celle qui restera strictement en conformité avec ses principes et ses convictions. Sera tout aussi vrai et authentique l’être qui adoptera le comportement sincère et loyal qu’il convenait de prendre à tel moment, face à telle circonstance et devant tel individu ou telle institution.  

 

Ainsi, et en guise de conclusion, je dirai que dans l’exemple qui nous est proposé, chacun donnera assurément une réponse différente : c’est-à-dire celle qui correspond le mieux à ce qu’il est réellement et intimement et vous aurez compris que la deuxième solution sera pour moi la plus proche de la notion de « juste ».

 

DANIEL

 

 

No Comments »

.

pousse

.

Question :  Comment concilier l’engagement matériel

avec l’accomplissement spirituelle ?

……………………………………

Monsieur,

Dans son cheminement spirituel, l’être humain est confronté à un dilemme : Comment vivre pleinement sa vie terrestre sans oublier le ciel ? Comment aspirer au ciel sans oublier, dédaigner, négliger, et sacrifier sa vie terrestre ? Comment concilier l’engagement matériel avec la réalisation et l’accomplissement spirituel ? Selon vous, que doit faire l’être humain pour résoudre cette difficile équation ?

Réponse donnée par DANIEL

Monsieur,

A mon humble avis, il ne saurait y avoir un quelconque accommodement entre engagement matériel et accomplissement spirituel puisque l’accomplissement signifie en soi l’exécution intégrale et la réalisation complète et absolue d’un chemin tendu vers Les Hauteurs Lumineuses.

L’engagement matériel veut dire quant à lui que l’on se tourne vers tout ce qui est terrestre, et pour l’être humain, cela représente un immense domaine et espace à explorer et conquérir. Conquérir est bien le terme adéquat, car il désigne l’action dans la matière.

Cela veut dire aussi que l’homme ancré dans cette matière (qu’il la subisse comme esclave, manant, petit employé aux ordres ou qu’il la domine comme roi, prince, dirigeant de multinationale) oublie nécessairement et met en quelque sorte au second plan tout le spirituel. Et même s’il tourne un peu plus haut son regard, celui-ci ne peut-être que passager et furtif. Il est bien trop occupé par cette matière et tout ce qui l’attire ou le retient (biens matériels, honneurs, famille, …) pour s’en détacher véritablement et complètement.

Les êtres humains ne peuvent donc résoudre cette terrible et formidable équation qu’en ayant toutes les clés et tous les éléments dans leurs mains. Mais les possèdent-ils désormais ?

Non, car ils ont négligé les nombreux et constants avertissements qui étaient apportés par la Lumière, que ce soient les petits et grands êtres qui nous entourent et que nous ne voyons plus et ne ressentons plus, les vrais serviteurs du Très Haut, les apôtres, les disciples et même les deux Fils de Dieu qui ont été rejetés et assassinés.

Non seulement, l’humanité de cette terre a délaissé les Véritables Enseignements, mais là aussi, elle est passée à côté de la Vérité et l’histoire s’est donc tragiquement répétée au cours des siècles et des millénaires et très peu de ces petites âmes ont véritablement compris et assimilé les messages qui étaient apportés.

Désormais, en ce temps du Jugement et en cette période présente où l’effondrement complet et le Renouveau ne sont pas encore intervenus véritablement et complètement pour réveiller les âmes endormies et paresseuses, seuls les quelques êtres qui ont retenu et compris la leçon peuvent essayer d’agir et d’œuvrer dans la matière afin d’allumer les petites étincelles frémissantes qui, ici et là, cherchent désespérément dans ce monde crépusculaire, injuste et finissant.

Seul IMANUEL le Fils de l’Homme avec l’aide de Son Armée visible et invisible désormais en marche et en ordre de bataille, pourra inverser la tendance et remettre dans la bonne orbite cette petite terre.

Chacun de ceux qui, sachant et connaissant la PAROLE SAINTE et LES DERNIERS ENSEIGNEMENTS de la LUMIÈRE doivent donc se tenir prêts pour essayer de guider une humanité désemparée. Mais avant cela, il faudra devenir nouveau. Et cette condition n’est pas simple à réaliser.

Daniel,

Juillet 2011

No Comments »

 

Document : « Et chacun ou chacune peut recevoir suivant ce qu’il ou elle donne, suivant la Loi de l’Affinité, la Loi du Donner et du Recevoir, la Loi de la Réciprocité des Effets, la Loi de la Semence et de la Récolte. Ainsi cela dépend de chacun, de comment l’être se donne, de ce qu’il sème, de ce qu’il peut saisir suivant sa maturité et sa conscience, de comment il se meut dans son travail intérieur de purification et de construction afin de devenir un être vibrant dans la Volonté de la Lumière. » Texte 95

 

Monsieur,

Est-il réellement possible de faire une distinction entre ces trois lois :

1.         la Loi du Donner et du Recevoir,

2.         la Loi de la Réciprocité des Effets, 

3.         la Loi de la Semence et de la Récolte.

En réalité, ne sont-ce pas des termes différents qui sont utilisés pour désigner le même processus ?

De façon rigoureuse, y a t il une réelle séparation à faire ?

 

 

Réponse donnée par Daniel

 

Monsieur,

 

Si les Lois du Donner et du Recevoir, de la Semence et de la Récolte et enfin celle concernant plus précisément la Réciprocité des Effets apparaissent effectivement comme étant toutes soumises à un processus identique, et se ranger ainsi sous une seule et même grande Loi, il y a cependant lieu de faire une subtile distinction en ce qui concerne la loi de la réciprocité des effets qui n’est en fait que la conséquence et la suite logique des deux premières.

 

En effet, la réciprocité des effets induit l’idée de répercussion et de résultat, donc en quelque sorte l’aboutissement en retour, je dirai l’ « effet boomerang ». Selon ce que vous donnez et semez et également la manière et la disposition dont vous vous offrez ou vous vous donnez (ce que vous apportez à l’autre), la récolte (La conséquence) variera en fonction de l’intention première.

 

Il en est de même pour le recevoir : si celui-ci est sincère, loyal, ouvert, la suite et le résultat seront tout naturellement diamétralement opposés à ceux pouvant résulter d’une attitude blessante, fermée ou même haineuse.

 

Il est donc essentiel dans les deux démarches du donner et du recevoir de « se livrer » réellement et sincèrement, sans aucune arrière pensée et calcul, et peu importe la valeur matérielle ou spirituelle du donner ou du recevoir. C’est tout simplement l’intuition de l’être humain qui compte, son  » moi  » profond, ce qu’il y a donc de plus intime en lui qui va ainsi déterminer la répercussion.

 

En schématisant, la loi du Donner et du Recevoir et celle de la Semence et de la Récolte sont comme des miroirs qui vont refléter et renvoyer les propres images de ceux qui les ont produites ou reçues. Selon l’état de son âme, chaque être humain devra en connaître les résultats par des suites et aboutissements bons et positifs ou mauvais et négatifs. Ces conséquences, c’est ce que l’on nomme la Loi de la Réciprocité des Effets, laquelle ne peut que reproduire exactement le vouloir intime de l’être humain.

 

Daniel

 

No Comments »

 

Document 1 : Il faut que les êtres se détachent de la matière afin de pouvoir voir et saisir ce qui vient du Ciel. Car c’est  en se détachant de la matière et de ce qui les retient à la matière, qu’ils peuvent alors prendre conscience d’autre chose, de quelque chose qui est au-dessus d’eux et alors leurs regards se tournent et se dirigent vers le Haut, ils se rappellent que le Créateur existe, car ils savent à ce moment là qu’il y a autre chose de plus grand qu’eux, de plus important qu’eux et le terrestre. Texte 95

Document 2 : « Une matière première est une matière extraite de la nature (ressource naturelle), ou produite par elle, utilisée dans la production de produits finis ou comme source d’énergie. Pour celles destinées à l’alimentation, on parle plutôt de denrées. Exemples : pétrole, blé, gaz naturel, minerais, riz, maïs, sable (pour le verre ou le silicium pour circuit intégré), potasse, caoutchouc, etc. »

 

Monsieur,

On constate un inéluctable épuisement des matières premières.

Mais, il existe une autre matière première

pour l’élévation spirituelle de l’humanité;

ce sont les textes donnés par la Lumière

à travers les voix des guides de la Lumière,

se sont aussi les incarnations terrestres

des envoyés et des authentiques serviteurs et servantes de la Lumière.

On constate à l’heure actuelle

une surabondance,

une luxuriance,

un débordement,

une exubérance,

un flux et une profusion de cette matière première spirituelle

à travers la Sainte Présence du Fils de l’Homme sur terre,

à travers la présence des 144 000 appelés,

à travers cette présence de l’Armée de Lumière au-dessus de la terre.

Quelles réflexions suscitent en vous cet apparent déséquilibre

entre la raréfaction des matières premières d’origine terrestre

et cette surabondance de matière première

pour l’élévation spirituelle de l’humanité ?

Y a-t-il ici un message à saisir ? Lequel ?

 

Réponse donnée par DANIEL :

 

Monsieur,

La matière et le spirituel constituent deux domaines qui s’opposent et s’affrontent même. Toutes les ressources naturelles que constitue cette matière première ont tendance à peu à peu se tarir et s’épuiser car l’homme a vaincu ou dompté d’une certaine manière la nature, mais en y puisant peu à peu toute sa richesse.

.

Comme toujours, il a joué à l’apprenti sorcier et n’a pas fait attention au fait que les quantités invraisemblables qu’il a tirées de la nature au cours des millénaires et des siècles passés, puis ensuite dans les toutes petites dernières dizaines d’années ont appauvri et épuisé la terre. Bien sûr, la population de la planète s’est considérablement accrue et ce fait a donc accentué le phénomène. Mais, cela était en fait tout à fait normal et logique car l’homme voulait à tout prix goûter et revenir à cette matérialité pour en jouir et les nombreuses incarnations qu’il avait connues ne le faisaient en aucune manière avancer spirituellement. Plus les erreurs s’accumulaient, plus le karma s’alourdissait. La petite planète dénommée Terre s’assombrissait inéluctablement.

.

En face de cet épuisement du plan matériel et plus précisément de la nature, existe en réponse cette profusion de ce que vous dénommez la  « matière première pour l’élévation spirituelle de l’humanité ». En effet, depuis la Venue sur terre de Jésus le Fils de Dieu, puis du Messager de la Vérité, le Fils de l’homme lors de son incarnation en terre germanique, jamais autant de richesses spirituelles n’auront été apportées et offertes à l’humanité.  Et cela s’est encore bien entendu fortement accentué avec le retour du Seigneur sur notre planète.

.

L’être humain, s’il a encore les bons yeux et s’il possède les bonnes oreilles peut désormais véritablement voir et entendre pour saisir la Vérité et ainsi s’amender et tenter de devenir vraiment nouveau.

.

Et la leçon à retenir est donc pour moi celle-ci :

.

La créature humaine dans sa terrible présomption, dans son orgueil insensé, dans sa funeste lâcheté a ainsi entraîné l’humanité toute entière au naufrage. En voulant à tout prix jouir de cette matière, elle a perdu toutes les notions et les bases essentielles. Le Créateur avait pourtant permis à l’être humain de vivre dans un environnement sain où il pourrait apprendre, se développer et s’intégrer harmonieusement à l’ensemble de la Création, mais l’homme a tout gâché et sali en voulant absolument tout avoir et posséder : richesses matérielles, pouvoir, honneur et considération, faveurs, conquêtes de tous ordres ….

.

Il est dès lors naturel que face à cette fausse direction suivie,  la Lumière réagisse et veuille remettre les choses à leurs places et en bon ordre. Elle intervient dorénavant par tous Ses Serviteurs, petits et grands, visibles on non aux regards des humains. Elle intervient aussi avec l’aide de toutes Ses armées ainsi que par l’intermédiaire de toute l’essentialité qui accomplit fidèlement la Parole Vivante du Justicier. 

.

Mais avant que ne se produisent les terribles tempêtes et derniers évènements qui doivent secouer la terre et la mettre à sa vraie et juste place, l’Envoyé de Dieu vient parmi les hommes apporter Son ultime Message d’Amour et de Justice. Ainsi, les hommes peuvent-ils une nouvelle fois avoir accès au Savoir véritable pour essayer de s’amender. Le secours apporté est immense puisque d’ultimes révélations sont offertes à l’homme afin qu’il puisse là encore comprendre et adopter un nouveau comportement.

.

Malheureusement, si l’Appel n’est pas entendu ou compris par cette humanité, alors, le Fils de l’Homme IMANUEL continue Son action salvatrice et accomplit inexorablement La Mission confiée par Son Père, Celle qui consiste à épurer et frapper la vermine. Et cette ultime mission, Il la réalise dans la matière dense, auprès de cette humanité afin de pouvoir accomplir les promesses de l’édification du Royaume de Dieu sur Terre.

.

Ainsi, dans cette ultime période se produisent et se déroulent sur notre petite planète à la fois simultanément et aussi successivement, les faits et évènements apparemment contradictoires que sont d’un côté, le plan de la matière arrivant exsangue et épuisée a cause du vouloir erroné des humains et qui se trouve près du gouffre, tout proche de sa fin, et de l’autre, une puissante, vibrante et ardente élévation spirituelle suscitée par tous les participants et acteurs de la Lumière pour le dernier sauvetage de l’humanité.

.

Daniel.

 

No Comments »

 

Bonjour Monsieur,

J’écrivais un article intitulé : « De l’élimination physique de Ben Laden à l’élimination du mal », lorsqu’une autre question me vint à esprit.

Je vous envoie dons cette question :

Les tentatives pour :

éliminer le péché,

extirper le mal,

anéantir la corruption,

arracher la turpitude,

chasser le crime,

détruire la perversité,

enlever le dérèglement,

ôter l’injustice est-ce la même chose que chercher à :

cultiver le bien,

entretenir la moralité,

ménager la pudeur,

nourrir la justice,

développer la morale,

pratiquer la probité,

planter la décence,

semer le bien ?

Chercher à éliminer le mal de la terre

est ce la même chose que chercher à transformer la terre en paradis ?

Si le Bien et le mal ne peuvent coexister pacifiquement,

à qui appartient il d’éliminer le Mal ?

 

Réponse donnée par DANIEL

 

Monsieur,

.

Dès l’abord, le fait de vouloir cultiver, entretenir, nourrir, développer, pratiquer, planter, semer le Bien représente forcément une attitude saine et une démarche positive. Et l’image qui nous est donnée de cette posture est assurément rassurante.

.

Par contre, vouloir éliminer, extirper, anéantir, arracher, chasser, détruire, enlever, ôter le mal signifie bien qu’à la base ou au départ de toutes ces actions, on se trouvait en face et en présence de ce mal et de ce faux qui existaient et se trouvaient déjà là. Le fait de vouloir les écarter sous-entend alors l’idée d’un combat, d’une lutte.

.

Il s’ensuit donc qu’il existe réellement une nette différence entre les deux situations et par conséquent, éliminer le mal qui sévit sur notre planète ne peut pas être appréhendé de la même manière que s’efforcer de changer notre terre en paradis. Une étape est indispensable et Il faut dès lors se débarrasser de tout ce qui est nuisible et malsain afin de « préparer le terrain » pour que le « Paradis terrestre » puisse enfin exister.

.

Le Bien construit, fortifie, conforte alors que le Mal détruit, défait, ruine.

.

Derrière le mal se cachent l’obscurité, la souffrance, la douleur, l’épreuve, la violence, la fourberie, le mensonge.

.

Derrière le Bien transparaît la lumière, la beauté, l’accomplissement, l’harmonie, la paix, la droiture, la vérité.

.

Ces deux notions sont tout à fait contradictoires et ne peuvent donc cohabiter ; cette opposition ne peut être dès lors que frontale puisqu’en définitive, de cette bataille ne peut ressortir qu’un vainqueur et un vaincu.

 

A qui appartient- il d’éliminer le Mal ?

.

Cette question appelle une réponse qui paraît à première vue très simple, voire simpliste. Le plus élémentaire et le plus commode consisterait à dire que c’est à l’homme lui-même d’éliminer ce mal qui le ronge ou qui l’entoure en adoptant une attitude adéquate, empreinte de toutes les vertus énoncées plus haut. Par ce comportement, il choisit donc la bonne solution qui est empreinte du meilleur et du plus sincère vouloir.

.

Néanmoins, force est de constater et reconnaître que très peu d’âmes humaines arrivent à cet état de perfection. C’est bien pourquoi notre planète en est arrivée là car la majeure partie de ses habitants s’est perdue et fourvoyée dans ne trop nombreux labyrinthes et n’a donc pas emprunté le bon chemin : d’où la ruine et la faillite inévitables pour cette humanité.

.

Alors, la réponse définitive devient forcément plus évidente qu’il n’y paraissait de prime abord. Face à cet échec complet et absolu de l’homme, face à cette évidence criante qui nous montre la petitesse et la déchéance de l’âme humaine, Seul un Envoyé de Dieu pouvait donc vaincre et finalement éliminer le Mal qui ronge l’humanité entière. Et cette mission est dévolue au Fils de l’Homme. Lui Seul peut en effet accomplir et mener à bien cette tâche immense qu’Il conduit personnellement contre Lucifer, lequel personnifie le Mal et le Faux depuis des millénaires et des millénaires.

.

Et quoi de mieux en guise de conclusion et de réponse, que de citer encore et toujours la Sainte Parole du Seigneur dans son Message à l’humanité :

.

« Les combats qui s’ensuivront encore et qui rentrent dans la matière vile ne sont que des effets secondaires de cette grande lutte principale ; c’est elle qui amènera la mise dans les fers de Lucifer, ainsi qu’il a été promis et qui annoncera le début du Règne de Mille Ans. Cela signifie l’extraction des suites du principe de Lucifer.

Celui-ci se développe à l’encontre du Règne de l’Amour divin, dont les bénédictions sont prodiguées aux hommes dans leur course à travers la matière. Si l’humanité aspirait simplement à cet Amour divin, elle serait de suite invulnérable à toutes les tentations de Lucifer ;  il serait dépouillé des épouvantes que l’esprit humain tisse autour de lui ».

 

(Extraits du Message du Graal  – Conférence 45 : LE MYSTERE LUCIFER dans la traduction de Lucien Siffrid)

 

DANIEL

 

No Comments »

 

« …Et en face de ce triple meurtre

perpétré contre la Lumière,

en face de cette abomination,

il nous a été accordé

la Grâce Incommensurable

de l’envoi d’un Suprême et Dernier Secours.

Cette Infinie Faveur

offerte à l’humanité par le PERE

à travers La Sainte Présence d’IMANUEL

sur terre

deviendra désormais

cette réalité tangible et bientôt visible à tous,

et notamment lorsque,

en tant que signe « extra-terrestre »,

la Comète réapparaîtra à nos yeux terrestres.

Cette certitude qui nous habite

et que nous avons ancrée

au plus profond de nous,

tout cela doit

nous guider

et nous inspirer

pour que chaque jour,

chaque heure,

chaque minute,

chaque seconde,

ce petit sentier que nous formons et traçons

puisse s’embellir et s’élever

de plus en plus

afin de se transformer peu à peu

en une belle, solide et magnifique route

pour enfin de rejoindre,

et j’ose l’espérer,

en la compagnie de beaucoup

d’autres petits chemins,

cette prodigieuse et lumineuse Avenue

tracée par La Sainte Lumière…… »

DANIEL

 

**************************

******************************************

*********************************************************** 

No Comments »

 

Après Son départ de cette terre germanique,

Sa Véritable et Unique PAROLE

fut changée, défigurée

alors que le Mouvement qui se réclamait de Lui

se transforma peu à peu

pour se figer et s’ériger en église,

laquelle église éclata d’ailleurs

en plusieurs branches.

Peut-on réellement croire

que la Mission du FILS DE L’HOMME

se soit achevée sur ce constat effarant

de la faillite des hommes et des institutions,

constat que l’on peut faire seulement

quelques petites dizaines d’années après ?

Certes non. La Lumière ne peut

finalement être que victorieuse ;

Elle ne peut laisser faire tout cela,

et les lois d’airain ancrées dans la création

ainsi que le MESSAGE délivré par le SEIGNEUR

sont  là pour en témoigner :

le Règne de Mille ans et la mise sous tutelle

des habitants de cette terre

qui auront la possibilité et l’autorisation d’y vivre

arrivent inexorablement.

Et il ne peut être fait que la triste,

navrante et implacable constatation suivante :

l’humanité, ou plutôt et précisément

ceux qui ont eu la grâce de reconnaître

LA PAROLE,

qu’Elle soit authentique ou falsifiée,

sont décidément bien incapables de réaliser

par eux mêmes cette nouvelle édification,

et donc impulser et mettre en place

le Royaume millénaire promis.

Le déchirement produit dans les seuls rangs

de ceux qui connaissent LE MESSAGE

et reconnaissent CELUI qui est venu

pour tenter de les sauver

est tel que la Terre ne peut qu’aller à sa perte

et les signes si souvent indiqués et promis

sont bien là, s’accentuent et s’accumulent.

Les écrits du SEIGNEUR seraient-ils donc

vains, voire faux

pour que la Lumière apportée

par Les DEUX FILS DU PERE ETERNEL

soit Elle aussi inopérante

et que la Volonté divine

soit négligeable ou inutile ?

Cela est bien sûr impossible,

car oser penser et croire à cela,

ce serait nier et rejeter TOUT en bloc

LA PAROLE qui Est et demeure

éternelle, sans faille.

Une troisième incarnation d’ABDRUSCHIN,

justement destinée à diriger en personne

cette nouvelle construction face

à cette humanité désemparée,

apparaît dès lors inéluctable………

DANIEL

Source : http://graal1931.politicien.fr/2011/01/11/contribution-de-daniel-sur-le-veritable-message-du-graal-et-la-troisieme-mission-du-fils-de-lhomme-sur-terre/

2 Comments »

 

IMANUEL, Le Fils de l’Homme

est parmi nous

afin d’accomplir et parachever sur terre

Sa troisième et ultime mission,

mission qu’Il avait donc

déjà effectué par deux fois :

en tant que Prince au temps de Moïse,

puis en terre germanique il y a moins d’un siècle

comme Annonciateur de la Parole de Vérité ….

De la Parole non déformée

telle qu’Elle fût entre-temps apportée

avec Amour par Son Frère JESUS

à cette même humanité

il y a maintenant de cela deux mille ans.

Et qu’avons-nous fait pendant tout ce temps,

comment avons-nous fait vivre et fructifier

ce qui était enfoui en chacun d’entre nous ?

Notre lâcheté,

notre ignorance,

notre obstination,

notre orgueil

ont fait que par trois fois

les deux Fils envoyés par DIEU le Père

ont subi la calomnie et l’opprobre

et souffert moralement

de toute leurs Personnes Sacrées

et aussi malheureusement dans leur chair

puisqu’ils ont péri assassinés par notre faute,

Eux qui par Amour et compassion

étaient venus s’incarner

sur notre misérable planète.

Et en face de ce triple meurtre

perpétré contre la Lumière,

en face de cette abomination,

il nous a été accordé

la Grâce Incommensurable

de l’envoi d’un Suprême et Dernier Secours.

Cette infinie faveur offerte à l’humanité

par le PERE à travers

La Sainte Présence d’IMANUEL sur terre

deviendra désormais cette réalité

tangible et bientôt visible à tous,

et notamment lorsque,

en tant que signe « extra-terrestre »,

la Comète réapparaîtra à nos yeux terrestres.

Cette certitude qui nous habite

et que nous avons ancrée au plus profond de nous,

tout cela doit nous guider et nous inspirer

pour que chaque jour,

chaque heure,

chaque minute,

chaque seconde,

ce petit sentier que nous formons et traçons

puisse s’embellir et s’élever de plus en plus

afin de se transformer peu à peu

en une belle, solide et magnifique route

pour enfin de rejoindre,

et j’ose l’espérer,

en la compagnie de beaucoup

d’autres petits chemins,

cette prodigieuse et lumineuse Avenue tracée

par La Sainte Lumière.

DANIEL

Source : http://graal1931.politicien.fr/2011/01/10/daniel-m-imanuel-le-fils-de-l%e2%80%99homme-est-parmi-nous-afin-d%e2%80%99accomplir-et-parachever-sur-terre-sa-troisieme-et-ultime-mission/

No Comments »