..

lacune

Rêve sur l’Eau Pure, Limpide et Clair jaillissant d’une Source.

.

Dans mon rêve je me tenais derrière un bâtiment de deux classes comme on en trouve dans les villages d’Afrique (Je suis un instituteur dans une petite école protestante).

Le bâtiment était à ma droite. Les murs n’étaient pas hauts (ils avaient dû tomber) permettant de voir l’intérieur des deux classes. Les salles étaient vides. Il n’y avait ni tables bancs, ni chaises, ni tableaux. Le bâtiment était délabré, vieux et abandonné.

Je regardais ce bâtiment vide lorsque mon attention fut attirée dehors par quelque chose d’inattendu. En effet, je voyais venir devant moi le long du Bâtiment depuis son extrémité sur le sol une Eau pure, Limpide et Clair. Pourtant il n’avait pas plu.

Cette eau coulait lentement vers moi sur la terre noire avec une telle légèreté qu’Elle ne dérangeait rien sur son passage, n’emportait aucune brindille, ni aucune saleté. Elle semblait plutôt flotter sur la terre.

Et cette Eau coula jusqu’à mes pieds.

Je sentis qu’Elle me regardait, me parlait, attendait quelque chose de moi.

Alors je décidai d’aller à la Source en suivant les traces de l’Eau.

Je marchais avec délicatesse et précaution pour ne pas mettre les pieds dans l’Eau.

Je voyais de petits cailloux blancs bien ronds de la grosseur de grains de maïs qui étaient drainés par l’Eau.

Arrivé à l’extrémité du bâtiment je tournai vers ma droite et à deux ou trois mètre je vis la Source d’où jaillissait l’Eau.

L’Eau sortait d’un trou noir.

Elle était Claire, Limpide, Fraiche, Vivante et Joyeuse. J’étais content et joyeux. Je regardais et je vis aux alentours de la Source, sur la terre noire beaucoup de pierres jaunes de la taille de graines de palmes. Ces pierres étaient sorties des entrailles de la terre apportée par l’Eau. Il y en avait partout sur le sol noir. Je me mis à ramasser les pierres jaunes jusqu’à remplir la moitié d’un sac vide d’emballage de riz de cinquante kilos.

Je me tins debout sachant que je ne pouvais pas ramasser toutes les pierres qui s’étalaient partout. Je regardais devant moi tout en me demandant ce que je devais faire avec toutes ces pierres précieuses ?

Parce que devant moi je voyais un bas fond marécageux derrière lequel s’étendait une forêt. De ce côté nul homme ni habitation ne se trouvait. Pourtant une voix m’avait ordonnée de m’y rendre : «  vas vendre les pierres précieuses et achète toi une arme, puis vas combattre ceux qui sont derrière toi »

Je regardai derrière moi et je vis à une bonne distance (soit à 500 mètre ou à 1 km) une montagne sur laquelle des hommes de petite taille, tenant en main des cordes blanches, montaient et descendaient sans cesse comme s’ils étaient en train de prendre la mesure de la montagne. Ces petits hommes portaient des tricots blancs sur lesquels il y avait soit un dessin ou une écriture dont je ne me souviens plus. Ces hommes avaient les pieds « bancales », ne parlaient pas entre eux mais étaient concentrés et préoccupés par leurs activités. Ce qui me frappa, c’est qu’ils n’avaient pas l’air méchant et ne manifestait aucune agressivité à mon endroit.

Voilà pourquoi au fond de moi, je me demandais si le conseil visant à acheter une arme pour les combattre était bien fondé. Avais-je bien compris la consigne qui m’avait été donnée ? A mon réveil cette question me tourmentait.

EXPLICATION DU RÊVE

Dans mon rêve je me tenais derrière un bâtiment de deux classes comme on en trouve dans les villages d’Afrique (Je suis un instituteur dans une petite école protestante). Le bâtiment était à ma droite. Les murs n’étaient pas hauts (ils avaient dû tomber) permettant de voir l’intérieur des deux classes. Les salles étaient vides. Il n’y avait ni tables bancs, ni chaises, ni tableaux. Le bâtiment était délabré, vieux et abandonné.

Là on me montre l’ancien monde qui bientôt va s’écrouler. Cet ancien monde dans lequel nous n’avons été préoccupés que par notre profession, notre statut social, nos relations et nos biens terrestres. On me montre par les murs tombés permettant de voir l’intérieur des salles, le vrai visage de ce monde qui laisse apparaître, le vide, la ruine, le délabrement, le désastre. Il faut sortir de ce monde basé sur l’intellect (je me tenais derrière un bâtiment de deux classes) Car plus rien de cet ancien monde ne doit subsister et ne survivra à l’écroulement qui est annoncé.

Je regardais ce bâtiment vide lorsque mon attention fut attirée dehors par quelque chose d’inattendu. En effet je voyais venir devant moi le long du Bâtiment depuis son extrémité sur le sol une Eau pure, Limpide et Clair. Pourtant il n’avait pas plu.

Là on me montre qu’il faut rester vigilant afin de reconnaitre l’événement qui se prépare et qui arrive pour la Terre (mon attention fut attirée dehors par quelque chose d’inattendu)   et reconnaitre la Sainte Parole (une Eau pure, Limpide et Clair) qui vient vers l’humanité en ce temps du dernier secours pour nous redonner la Lumière des Lois de l’ETERNEL afin que nous puissions nous reconstruire dans le Mouvement des Lois de la Création pour servir la Lumière.

Cette eau coulait lentement vers moi sur la terre noire avec une telle légèreté qu’Elle ne dérangeait rien sur son passage n’emportait aucune brindille, ni aucune saleté. Elle semblait plutôt flotter sur la terre.

Sainte est la Parole qui vient à l’humanité. Elle vient Pure et limpide sur la terre salie, souillée, obscurcie par le vouloir-mieux-savoir de l’esprit humain et, malgré nos immondices, nos saletés répugnantes, nos mares puantes plus jamais la Sainte Parole ne connaitra de falsification et de déformation.

Et cette Eau coula jusqu’à mes pieds.

Grâce à une Guidance exceptionnelle La Sainte Parole à travers les derniers Enseignements pour le secours de l’humanité atteindra chaque esprit humain spirituellement mobile.

Je sentis qu’Elle me regardait, me parlait, attendait quelque chose de moi.

La Parole Vivante qui nous est donnée maintenant attend de nous toute la rigueur sur nous même et un travail en soi et sur soi sans aucune concession, sans aucune excuse pour nos faiblesses et ce à quoi nous sommes encore accrochez de l’ancien et que nous ne voulons pas lâcher. L’exigence est grande et la Loi vient nous obliger, nous contraindre d’aller de l’avant, nous contraindre à nous débarrasser de ce qui nous entrave. Car plus il nous est donné, plus il nous est demandé et sera demandé.

Alors je décidai d’aller à la Source en suivant les traces de l’Eau.

Là on me montre que tout esprit qui s’ouvre à La Lumière de la Parole de Vérité qui se répand maintenant aura décidé de se nourrir et s’abreuver à la Source qui jaillit du Seigneur des Mondes.

Je marchais avec délicatesse et précaution pour ne pas mettre les pieds dans l’Eau.

Ce qui est donné maintenant, la Sainte Parole et les Saintes Lois doivent être accueilli avec humilité et délicatesse. Nous ne devons plus La bafouer, La salir, La piétiner, La déformer par notre orgueil et notre suffisance.

Je voyais de petits cailloux blancs bien ronds de la grosseur de grains de maïs qui étaient drainés par l’Eau. Arrivé à l’extrémité du bâtiment je tournai vers ma droite et à deux ou trois mètre je vis la Source d’où jaillissait l’Eau. L’Eau sortait d’un trou noir.

La Source d’où jaillit l’Eau de Vie est le Manoir Céleste du Graal et le Seigneur PARSIVAL-IMANUEL Est la Source de Vie, IL EST la Coupe du Saint Graal, le Réceptacle sacré, le Temple de Dieu d’où jaillit la Parole vivante qui vient vers nous.

Elle était Claire, Limpide, Fraiche, Vivante et Joyeuse.

La Parole comme une eau fraîche et limpide vient désaltérer nos esprits nous apportant le salut en nous indiquant de manière simple et claire la voie à suivre.

J’étais content et joyeux.

Joyeux est celui qui trouve La Parole Vivante et qui agit dans les Lois de son Créateur. Il est inondé de la vraie joie pure et simple d’où jaillit la gratitude.

Je regardais et je vis aux alentours de la Source, sur la terre noire beaucoup de pierres jaunes de la taille de graines de palmes. Ces pierres étaient sorties des entrailles de la terre apportée par l’Eau. Il y en avait partout sur le sol noir.

Les pierres représentent les Vertus et là on montre que notre Seigneur et Roi IMANUEL-PARZIFAL est la Source qui laisse fluer la Lumière des Vertus, vertus qui nourrissent le Spirituel, qui abreuvent les Spirituel. Et la terre noire et le sol noir sur lesquels sont rependues les pierres signifie qu’en chaque humain de la terre se trouvent enfoui des vertus qui doivent maintenant rejaillir à la surface. Et le noir symbolise le Noir de la Concentration et du silence. Et on montre que dans notre terre les graines des vertus de la Lumière doivent être recueillies dans le Noir de la Concentration et du silence afin qu’elles poussent, s’épanouissent et s’élèvent comme des fruits de lumière en l’Honneur de l’Éternel. Car l’on ne peut mettre en valeur les Vertus de la Lumière que si l’on se donne à la vertu du silence.

Je me mis à ramasser les pierres jaunes jusqu’à remplir la moitié d’un sac vide d’emballage de riz de cinquante kilo.

Là on me montre qu’il faut puisez abondamment dans ce qui nous est donné, dans toutes les Vertus qui nous sont dispensées car tout cela s’instaure sur l’Ordre et la Gouverne du ROI DU SAINT GRAAL pour soutenir tout esprit qui y aspire sincèrement et qui veut, à l’avenir, se conformer uniquement à Ses Lois de la Vie.

Je me tins debout sachant que je ne pouvais pas ramasser toutes les pierres qui s’étalaient partout.

Là on montre que nous pouvons puiser abondamment mais pas pour nous satisfaire ni pour satisfaire nos propres désirs ni notre orgueil ou pour des convoitises personnelles mais pour vivre selon La Volonté du PERE et les partager avec tous vos semblables pour les aider à devenir de véritables esprits humains au service de Sa Création., car Tout n’appartient qu’à Lui.

Je regardais devant moi tout en me demandant ce que je devais faire avec toutes ces pierres précieuses ?

Les grâces nous sont accorder pour qu’on en bénéficie et qu’on les partage afin de rendre heureux celles et ceux qui viendront auprès de nous.

Parce que devant moi je voyais un bas fond marécageux derrière lequel s’étendait une forêt. De ce côté nul homme ni habitation ne se trouvait. Pourtant une voix m’avais ordonnée de m y rendre : «  vas vendre les pierres précieuses et achète toi une arme, puis va combattre ceux qui sont derrière toi »

Là on montre que lorsque notre esprit débute son vol de retour vers la Lumière des difficultés surgissent sur le chemin. Il ne faut pas les craindre car c’est la Lumière qui nous confronte à notre ancienne vie, à tout ce qui y est toujours attaché, toutes vos actions passées afin qu’on puisse les s’épurer. Il ne faut donc pas les combattre et ne pas nous plaindre et nous révolter contre ces retours, mais saisir chaque difficulté qui se présente à nous comme une grâce. Une grâce qui va permettre notre purification, pour qu’un jour nous soyez capables de retourner à notre patrie du Paradis. Nous devons utiliser les Vertus qui nous ont été donné. Se servir de notre intuition qui nous aidera à surmonter en toute sécurité tous les obstacles et toutes les difficultés, qui croisent notre chemin vers la Lumière.

Je regardai derrière moi et je vis à une bonne distance (soit à 500 mètre ou à 1 km) une montagne sur laquelle des hommes de petite taille, tenant en main des cordes blanches, montaient et descendaient sans cesse comme s’ils étaient en train de prendre la mesure de la montagne. Ces petits hommes portaient des tricots blancs sur lesquels il y avait soit un dessin ou une écriture dont je ne me souviens plus. Ces hommes avaient les pieds « bancales », ne parlaient pas entre eux mais étaient concentrés et préoccupés par leurs activités.

Là on montre que les êtres Essentiels exercent leurs activités au service de la Lumière. Ils sont à l’œuvre et sont concentré à préparer la nouvelle Terre qui doit surgir après le Jugement. Ils préparent chaque transformation, chaque changement, chaque mutation. Il est maintenant dans leur mission, d’éliminer tout l’impur, tous les déchets sur terre, de guérir toutes les plaies, les blessures et les dommages qui ont été infligés à la nature, à l’environnement et à la terre dans son ensemble, puis de restaurer l’équilibre et l’harmonie sur cette terre. Ils ne se préoccupent plus de la volonté des humains à laquelle Ils n’obéissent plus depuis longtemps parce qu’elle s’est écartée du chemin de la Loi.

Ce qui me frappa c’est qu’ils n’avaient pas l’air méchant et ne manifestait aucune agressivité à mon endroit.

Là on montre que les Êtres Essentiels accomplissent toutes les tâches qui leur sont confiées dans la joie et l’amour profond pour la Lumière. Et pour celui qui est sur le chemin de la Lumière les êtres essentiels sont des amis.

Voilà pourquoi au fond de moi je me demandais si le conseil visant à acheter une arme pour les combattre était bien fondé. Avais-je bien compris la consigne qui m’avait été donnée ? A mon réveil cette question me tourmentait.

Là on montre qu’il faut rester vigilant pour reconnaitre la voix de l’intuition et celle de l’intellect car les images qui nous sont données doivent être ressenties avec l’esprit, avec l’intuition et non avec l’intellect qui ne fait que tout comprimer en des formes terrestres. Les dons que la Lumière dispense en ces temps derniers doivent servir à servir la Lumière et cela dans une union parfaite avec les êtres essentiels. A travers le lien avec les Êtres Essentiels l’on peut entendre les directions de la Lumière. Car c’est par l’union avec les aides Essentiels et les nombreux guides au-dessus de nous que le Secours de la Lumière pourra s’ancrer sur terre et cela au service de la Lumière et pour que la Volonté de la Lumière vienne sur terre afin que la Construction du Renouveau soit.

.

Gnan Emmanuel et Nzigou Jean-Aymard

.

Leave a Reply

*