Chapitre 5. LA RECRÉATION EST TERMINÉE ET L’ÉCOLE VA TRÈS BIENTÔT REPRENDRE

 

…………………………………………………………..

Voilà le récit certes approximatif, mais peut-être vraisemblablement voisin du « scénario » qui doit normalement se dérouler dans le proche futur, car je le répète, nul petit esprit humain ne peut prétendre connaître ou deviner et saisir ce que sera dans la réalité le déroulement exact de ces temps futurs.

Les grands traits du tableau en sont donc néanmoins brossés, établis et fixés à jamais, à condition d’avoir ressenti et compris avec suffisamment de justesse l’avertissement qui nous fut donné sous forme de l’écrit, justement et précisément par ce véritable Sésame que constitue l’Œuvre considérable et sublime transmise par Abdruschin « DANS LA LUMIIERE DE LA VERITE »,

LE MESSAGE DU GRAAL et que nous a légué il y a de cela un peu plus de quatre-vingt ans le Fils de L’Homme. La trame de tout ce puissant récit a donc été transmise à l’humanité en lui révélant tout le chemin que la créature homme qui réside épisodiquement sur cette planète devait parcourir pour accomplir lui aussi et selon son rang sa propre mission.

Cette Œuvre explique et donne ainsi la raison d’être et d’exister pour les petits esprits humains d’évolution que nous sommes, c’est-à-dire de simples produits et minuscules rejetons de l’immense Création (si j’emploie de terme de rejetons, c’est parce qu’il recouvre hélas la réalité, c’est-à-dire notre immaturité qui nous a fait devenir les parias et les gueux de toute la Postcréation).

La planète ne doit et ne peut plus être maintenant abimée, flétrie et souillée comme elle a pu l’être pendant trop de décennies, de siècles et de millénaires. Par conséquent se sont mis progressivement en place, et dès le départ du Seigneur de Sa terre de Germanie, les fils qui peu à peu doivent se joindre et s’unir à nouveau afin de reconstruire et parfaire une nouvelle terre pour que les hommes puissent enfin y vivre sereinement et sagement, ce qui signifie également la possibilité réelle de progresser réellement sur le chemin de la connaissance véritable.

Au bout de cette bien trop longue route escarpée et semée d’embuches, le prochain Royaume de Paix de Mille ans qui nous est promis est donc là à notre portée, tout prêt à nous recevoir puisque la clé qui en fermait totalement l’accès a été déverrouillée, et maintenant nous est offert la possibilité de le connaître et d’y vivre.

Il nous faut en effet commencer à entrebâiller cette porte afin de pouvoir véritablement pénétrer dans la nouvelle maison, et même plus, l’ouvrir résolument et entièrement afin d’en atteindre le vestibule qui nous mènera vers les autres belles et innombrables pièces de cette immense demeure. Mais tout cela ne peut se réaliser aisément comme le ferait tout magicien d’un simple tour de baguette mystérieux et enchanteur.

Ce serait bien trop facile, et pour le coup, les belles histoires qui parlent de ces contes « à dormir debout » se trouveraient être vraiment trop éloignées de la réalité pour voir le jour.

Cet accès pour ainsi dire « miraculeux » (puisqu’il nous permet de franchir beaucoup plus rapidement les obstacles et les étapes), cette ouverture et cette brèche qui nous ont donc été données et révélées se méritent et s’obtiennent tout logiquement en suivant des règles strictes et plutôt difficiles et contraignantes puisque le laisser faire et le laisser aller se sont installés.

En effet, laisseriez-vous les enfants qui ont bien couru et galopé dans le jardin ainsi que vos chers bambins qui ont largement profité de la cour et de la terrasse pour jouer, venir et entrer comme cela à l’intérieur avec leurs habits tachés, abimés ou même déchirés et leurs mains salies pour en souiller et en déprécier l’intérieur ?

Assurément, vous me répondrez non, et le Maître de la maison agira exactement de même : il exigera qu’avant de pénétrer un peu plus avant dans Sa demeure, que vous vous laviez promptement et que vous vous nettoyiez complètement, et même au besoin remplaciez vos vêtements trop usés ou crasseux afin de pouvoir entrer dignement et convenablement dans la Maison du Seigneur.

Cela est tout à fait juste et clair, et par conséquent fort compréhensible : pas une tâche ne doit subsister, pas une souillure ne peut être tolérée, aucune minauderie et grimace ne peuvent être admises pour avoir la permission de s’asseoir à la toute nouvelle table où sera désormais conviée l’humanité qui aura pu ainsi échapper aux effets terrifiants du Jugement et de l’Apocalypse.

Comme le rappelle avec justesse et pertinence le dicton populaire « comme si de rien n’était », la possibilité et beaucoup plus que cela, l‘immense faveur de pouvoir entrer simplement et accéder au Royaume Millénaire annoncé et promis par La Lumière ne peut se concrétiser que si les femmes et les hommes de cette petite planète terre obéissent à un certain nombre de règles et de contraintes simples mais fondamentales.

Bien entendu, pour celui que veut voir et entendre, l’immense désarroi, l’absence de plus en plus évidente de conscience aussi bien individuelle que collective, l’irresponsabilité chronique de chacun, la soif du pouvoir quelle que soit la forme prise, le règne roi de l’argent, l’injustice flagrante, la force et le dictat employés sans discernement tout comme la ruse et l’hypocrisie régnant en maîtres ainsi que nombre de dérèglements qui dirigent en souverains absolus ce globe nous font comprendre et nous renvoient cette image que désormais, la planète avance aujourd’hui comme un poulet à qui l’on aurait coupé la tête et qui continue sans vie sa course devenue complètement folle et absurde.

Mais tout cela devra très bientôt s’interrompre afin que, dans le chaos ambiant émergent et renaissent d’autres valeurs, d’autres espérances, d’autres exigences et règles qui obligent et contraignent les hôtes de cette terre à adopter une toute autre attitude.

L’empire dominateur et faux qui s’est peu à peu formé sur terre, composé de ce « moi » et de ce « je » si flatteurs et boursouflés, tellement hautains, dédaigneux et méprisants envers son prochain, doit désormais faire place à un nouveau règne où le « moi » et le « nous » devront ensemble coexister parce que devenus ou plutôt redevenus véritablement humbles et simples et remis à leur place respective ; chaque acte, chaque pensée, chaque intuition devra se réaliser et s’effectuer avec la pleine conscience du donner et du recevoir.

Pour atteindre de tels buts et obtenir de semblables résultats, vous imaginez bien que l’effort aura été immense de la part de l’esprit d’évolution qui devra ainsi se soumettre à une énergie et une volonté incomparablement supérieures à la sienne.

Et le Seigneur nous avertit de l’existence et de la réalité prochaine de cette nouvelle école où il nous faudra tout réapprendre et complètement assimiler de A à Z afin de pouvoir s’imprégner des Lois éternelles qui elles, demeurent et ne varient pas au gré du vent et des humeurs. Je vous livre par conséquent un passage extrait de la Conférence n° 14 et intitulée « Le Règne de Mille ans » qui figure dans le tome I des « RÉSONANCES AU MESSAGE DU GRAAL » d’Abdruschin ; cela vous donnera un petit aperçu de ce qui nous attend en réalité dans cette Royauté, si du moins nous pouvons avoir la grâce de parvenir à L’atteindre et La connaître :

« … Et ensuite l’être humain en oublia l’essentiel !

Il ne tint pas compte de la condition également contenue dans la promesse, selon laquelle, avant le Règne de Paix de Mille Ans, tout doit devenir nouveau dans le Jugement ! C’est l’indispensable base du nouveau Royaume.

Sur le terrain actuel, il ne peut s’édifier !

Il faut auparavant que tout l’ancien devienne nouveau !

Mais cela ne signifie pas que l’ancien doive prendre de nouvelles forces dans la même forme qu’autrefois, mais l’expression «nouveau» présuppose, au contraire, un changement, une transformation de ce qui est ancien !

L’être humain a négligé d’y réfléchir au cours de sa rumination ; c’est pourquoi il n’a jamais progressé dans la représentation qu’il s’en faisait.

Suivez-moi en esprit, afin que vous appreniez à comprendre ; car l’Accomplissement de la promesse commence !

Ce qui tout d’abord, dans le Jugement doit se transformer le plus, c’est l’être humain, car lui seul a amené la confusion dans la Création Postérieure.

C’est par lui, par son faux vouloir que le malheur est arrivé dans le monde.

La beauté, la pureté et la santé originelles, qui sont toujours les conséquences de la vibration dans les Lois Originelles de la Création, furent peu à peu déformées et défigurées par le faux vouloir de cette humanité.

Au cours de l’irrésistible évolution qui ne pouvait être arrêtée, seules purent encore se former des caricatures, au lieu d’une saine maturation vers la perfection…

… Puisque les esprits humains ont prouvé leur totale incapacité à reconnaître leur mission dans cette Création, puisqu’ils ont prouvé leur refus d’accomplir cette mission en rejetant et en interprétant faussement tous les Avertissements transmis par les appelés et les prophètes, puis par le Fils de Dieu Lui-même, et qu’ils scellèrent leur hostilité par la crucifixion, Dieu intervient désormais de vive force.

C’est la raison du Royaume de Mille Ans !

C’est uniquement par la force que la Création Postérieure peut encore être secourue, ainsi que l’humanité, qui a encore prouvé que jamais elle n’a voulu accepter de prendre de son plein gré le droit chemin, celui qu’elle doit suivre dans la Création, pour y être ce que Dieu veut qu’elle soit, et aussi pour y agir en apportant la bénédiction en tant que la créature spirituelle qu’elle est en réalité.

Pour cette raison maintenant, dans le Jugement, l’humanité sera privée, déshéritée du droit qu’elle avait jusqu’ici, selon lequel la volonté humaine domine cette Création Postérieure en la dirigeant et la façonnant !

Déshéritée pour mille ans, pour que puissent enfin naître la paix et l’aspiration vers la Lumière, conformément aux Lois Originelles de la Création, Lois devant lesquelles l’être humain s’est jusqu’à présent montré hostile.

C’est donc uniquement en déshéritant l’humanité de tous les droits qu’elle avait jusqu’à présent dans la Création Postérieure que sont données la possibilité et la garantie du Règne de la Paix, espéré depuis longtemps.

C’est ainsi que se présente l’être humain devant son Dieu ! De cela, il lui faut maintenant répondre.

Voilà le sens et la nécessité du Règne Millénaire de Dieu ici sur Terre.

Une triste vérité qui ne peut pas être plus humiliante pour cette humanité ! …

… C’est ainsi que le Royaume de Mille Ans devient une école pour l’humanité, une école dans laquelle elle doit apprendre comment elle doit être, penser et agir dans cette Création Postérieure afin d’accomplir correctement la mission qui lui incombe, et ainsi être elle-même heureuse.

Dans ce but, la suprématie de la volonté humaine dans la Création Postérieure est maintenant suspendue pour mille ans, après l’anéantissement dans le Jugement de ce qu’elle a faussement semé et dirigé !

Durant ces mille ans, seule règne la Volonté de Dieu à Laquelle tout esprit humain doit se soumettre dès qu’il a pu survivre au Jugement ! …

… Mais s’il arrive alors encore une fois une faillite, comme ce fut le cas jusqu’à présent, l’humanité doit s’attendre à l’anéantissement total !

Tel est le Royaume de Mille Ans et son but !

Par sa présomption et par l’illusion de sa propre importance, l’humanité se l’est représenté tout autrement, mais sera obligée d’apprendre et de vivre par l’expérience ce qu’il est réellement ! … »

(Vous voudrez bien noter que Cette conférence vous est proposée en intégralité à la fin de cet ouvrage)

La cloche retentit et résonne clairement dans la cour, et cela veut simplement montrer et dire que La récréation est terminée, ce qui signifie que l’école va très bientôt reprendre. Mais cette nouvelle classe qui s’ouvre n’aura plus du tout les mêmes caractéristiques qu’on lui connaissait jusqu’alors.

D’abord, Le maître a profondément changé, ou tout du moins son apparence et son aspect extérieurs ne sont plus tout à fait les mêmes puisqu’il a revêtu lui aussi des vêtements qu’on n’avait jusque-là jamais vus.

Il paraît de plus beaucoup plus jeune le jour de cette rentrée et a pris avec lui un tout nouveau cartable qui renferme entre autres une table des matières et des cahiers ainsi que des livres complètement inédits et originaux afin de conduire la classe ; cette classe qui était autrefois turbulente et sourde aux ordres et directives données, qui « ne voulait en faire qu’à sa tête » s’est complètement assagie car elle est devenue désormais attentive et réceptive aux cours donnés par le maître.

De plus, les redoublants n’ont pas continué avec leurs camarades un peu mieux instruits, plus développés ou lucides et en tout cas beaucoup plus humbles et réceptifs, et ont donc été admis dans une autre classe située plus loin dans une école différente afin de pouvoir eux aussi se préparer sérieusement, et peut-être un peu plus tard rejoindre ceux qui ont été autorisés à suivre normalement les cours dispensés par le « nouvel » enseignant.

Tout était radicalement changé et transformé dans cette désormais belle salle de classe : les élèves écoutaient avec joie et en même temps gravité et concentration les propos et les récits du maître, et les leçons à apprendre paraissaient ainsi beaucoup plus commodes à appréhender, donc beaucoup plus simples à assimiler.

Attentive et sage, la classe qui ne comportait plus ces mauvais élèves bruyants et perturbateurs qui autrefois dissipaient leurs camarades, avançait plus rapidement, et surtout murissait, grandissait et se fortifiait incontestablement sur le chemin du savoir authentique et de la connaissance réelle.

Ainsi, peu à peu émanait de cette classe un parfum de renouveau et tout s’enchainait naturellement et simplement.

Les élèves qui se trouvaient un peu plus en avant aidaient ceux qui se trouvaient légèrement en retrait, les groupes se formaient nécessairement par niveaux, par affinités et tout le monde participait à la reconstruction de la salle, en l’embellissant et en la rendant de la sorte plaisante et accueillante à tous.

Dehors, on pouvait entendre les oiseaux chanter et nombre d’animaux de la forêt toute proche pouvaient approcher sans crainte des humains et quelquefois, on apercevait même ici et là dans le lointain danser et virevolter quelques lutins facétieux et encore beaucoup plus loin dans le minuscule ruisseau qui se frayait un chemin dans la plaine verdoyante, de graciles ondines qui, dès que l’on tentait seulement de les approcher ou d’esquisser un simple et inoffensif petit geste de la main, s’empressaient bien vite de déguerpir de la vue pour retourner prestement s’enfoncer dans l’onde pure et fraiche.

Ainsi, Abdruschin pouvait-il à nouveau conduire et enseigner Son peuple, comme il le fit autrefois lorsqu’il vint s’incarner sur ce petit globe en terre de Perse pour la toute première fois il y a des millénaires déjà.

En cette époque lointaine, Il dirigea et instruisit les Ismains et ensuite les tribus arabes, pour enfin rassembler un tout nouveau peuple dont il devint le Prince aimé et respecté : celui des « Is-Ra ».

Mais cette fois ci, dans cette troisième et ultime incarnation, Abdruschin n’agit plus seulement comme Il avait pu le réaliser en tant que prince et souverain sage et avisé d’un royaume terrestre sommes toutes limité dans ses frontières géographiques, ou également plus tard comme Apporteur et Transmetteur de LA SAINTE VÉRITÉ par l’intermédiaire de LA PAROLE SACRÉE qui allait emmener et entraîner le JUGEMENT DIVIN, Son action s’accomplit désormais en tant que FILS DE L’HOMME sur la planète entière, et aussi au-delà d’elle, puisque ce qui doit se dérouler sur notre globe marque de son empreinte la Postcréation entière.

Les premiers pas qu’avait donc effectués Abdruschin dans Sa première incarnation sur terre à cette époque révolue s’accomplissaient à nouveau, et la mission intégrale que Son Père lui avait confiée devait inéluctablement aller à son achèvement et son aboutissement complets.

Les êtres humains qui avaient réussi à survivre à cette longue période du JUGEMENT, parachevée et consommée par le bref et terrifiant temps de l’APOCALYPSE, et qui avaient pu ainsi victorieusement « franchir le pont » les conduisant vers l’éclosion d’une autre terre ainsi que dans le renouveau d’un monde juste et régénéré où les Lois de DIEU qui régissent l’univers entier devaient enfin s’appliquer totalement pour le bonheur et la paix de tous, pouvaient désormais reconnaître et suivre le Seul et authentique Guide qui leur avait été annoncé depuis la nuit des temps.

Une terre soulagée, rassérénée et pacifiée, et de surcroit corrigée et améliorée avec des êtres humains cette fois ci placés sur la bonne trajectoire et donc sur une véritable voie d’évolution, n’avait donc plus qu’à continuer dans l’espace sa course devenue désormais régulière et assurée.

Un nouveau et crucial rendez-vous était donc pris pour le troisième millénaire commençant où comme le Seigneur nous l’a révélé, sera donc restitué aux esprits humains la direction effective de la création postérieure, et avec elle le rétablissement de la volonté humaine.

Mais comme le Fils de l’Homme le précise et le martèle à nouveau, si une faillite nouvelle devait encore cette fois ci se reproduire au terme de ce Millénaire de paix et de joie, l’humanité de cette terre doit s’attendre à un anéantissement total.

 

Chapitre 6. « MAINTENANT, NE CAUSEZ PLUS AUCUNE SOUFFRANCE A VOTRE PROCHAIN POUR RÉALISER UN DÉSIR PERSONNEL »

 

Leave a Reply

*