.

avion

.

Rêve de Solo, après midi du mercredi 10 décembre 2014 

L’atterrissage des avions

…………………………………………………………………..

.

Je suis avec ma petite sœur dans la banlieue de la capitale. Nous marchons sur une voie goudronnée. Tout à coup, nous voyons un avion en approche. Il veut atterrir sur la voie qui est en principe destinée aux voitures. Nous nous étonnons. Je suis inquiet, l’atterrissage réussira-t-il ? L’avion, un gros porteur finit par se poser. Il roule en allant vers son arrêt complet. Il passe à côté de nous. Ses immenses ailes passent au-dessus de nos têtes. La voie tourne à gauche, l’avion l’emprunte. Nous ne le voyons plus. C’est alors qu’un autre spectateur nous apprend que l’avion a finalement fait une sortie de piste suivi de plusieurs tonneaux qui ont brisé l’avion en plusieurs morceaux.

Maintenant, le ciel est envahi d’avion qui cherchent tous à atterrir précipitamment, comme s’ils avaient tous reçu l’ordre de se poser le plus rapidement possible sur la première piste qui s’offriraient à eux.

Je chemine avec ma petite sœur. Je lui explique que tous ces événements s’expliquent par la fin du jugement. Qu’elle ne doit surtout pas avoir peur et cela quel que soient les événements qui pourraient avoir lieu. Mais, alors que j’essaie de la convaincre, en moi l’inquiétude existe.

Nous entendons des hurlements mêlés d’aboiements. Nous relevons la tête pour constater horrifiés que les sommets des montagnes qui bordent la voie des deux côtés sont tout noir d’un nombre incalculable de loups affamés. Ils se précipitent vers nous, à la recherche de proie. Et c’est nous qui sommes les proies. C’est le sauve qui peut général. Nous rebroussons chemin. Tout le monde court. Mais, il n’y a pratiquement pas d’abris. Et je me dis en moi-même que c’est sans espoir.

.

Interprétation :

……………………….

.

Je suis avec ma petite sœur dans la banlieue de la capitale. Nous marchons sur une voie goudronnée. Tout à coup, nous voyons un avion en approche. Il veut atterrir sur la voie qui est en principe destinée aux voitures. Nous nous étonnons. Je suis inquiet, l’atterrissage réussira-t-il ? L’avion, un gros porteur finit par se poser. Il roule en allant vers son arrêt complet. Il passe à côté de nous. Ses immenses ailes passent au-dessus de nos têtes. La voie tourne à gauche, l’avion l’emprunte. Nous ne le voyons plus. C’est alors qu’un autre spectateur nous apprend que l’avion a finalement fait une sortie de piste suivi de tonneaux qui ont brisé l’avion en plusieurs morceaux. Maintenant, le ciel est envahi d’avion qui cherchent tous à atterrir précipitamment, comme s’ils avaient tous reçu l’ordre de se poser le plus rapidement possible sur la première piste qui s’offriraient à eux. :

C’est l’heure des répercussions finales dans la matière. Tout doit se boucler. Tout doit se clôturer. Il n’y a donc plus de temps pour attendre paresser, hésiter, tergiverser. Mais, c’est aussi l’heur d’ancrer ici et maintenant le serment posé au Pieds du trône du SEIGNEUR.

.

.

Je chemine avec ma petite sœur. Je lui explique que tous ces événements s’expliquent par la fin du jugement. Qu’elle ne doit surtout pas avoir peur et cela quel que soient les événements qui pourraient avoir lieu. :

Ma petite sœur symbolise ici l’intuition qui est encore petite car sous la domination de l’intellect qui se prend pour le grand frère. Ce passage signale qu’il y a encore une erreur qui est commise lorsque tout part de l’intellect qui veut comprendre, maîtriser les textes de la Lumière ou les Aides de la Lumière. Cette manière de procédé est une grave erreur. Tout doit partir de l’intuition, tout doit être vu avec l’œil de l’intuition, c’est alors que tout peut se construire véritablement en l’être.

.

.

Mais, alors que j’essaie de la convaincre, en moi l’inquiétude existe. :

L’inquiétude ne peut disparaître. La paix, la sérénité et la conviction ne peuvent s’installer que si tout vient de l’intuition.

.

.

Nous entendons des hurlements mêlés d’aboiements. Nous relevons la tête pour constater horrifiés que les sommets des montagnes qui bordent la voie des deux côtés sont tout noirs d’un nombre incalculables de loups affamés. Ils se précipitent vers nous, à la recherche de proie. Et c’est nous qui sommes les proies. C’est le sauve qui peut général. Nous rebroussons chemin. Tout le monde court. Mais, il n’y a pratiquement pas d’abris. Et je me dis en moi-même que c’est sans espoir. :

Les loups représentent toutes ces terribles épreuves qui viennent nous laminer. Pour échapper à ces événements ou pour réussir la traversée des terribles événements, il faudra être sous la protection de la Lumière en vibrant dans la conviction de la perfection de la Justice de DIEU. C’est pendant ces déclenchements que se révélera la conviction véritable alors que s’effondrera l’illusion de conviction. Je pense que ma fuite signifie ici que ma conviction n’est pas forte et qu’elle n’est encore qu’illusion de conviction.

.

.

Je peux résumer ainsi le Message transmis à travers ce rêve : Je dois tout recevoir intuitivement pour que ma conviction devienne forte et réelle. Mon erreur actuelle est encore d’avoir la prétention de tout saisir par l’intellect, alors que ce qui est donné n’est pas destiné à l’intellect.

.

.

 

 

 

 

Leave a Reply

*