Et si cela avait été ainsi

.

Chapitre 10 : LES QUELQUES DOUTES QUE NOUS POUVONS

ENCORE AVOIR DOIVENT DÉSORMAIS

S’ESTOMPER ET DISPARAÎTRE

…………………………………………………………

Ainsi, cette PAROLE tellement VIVANTE et si VIBRANTE nous revient-Elle pure et intacte comme au tout premier jour où Elle fut révélée à l’humanité entière ! Et celles et ceux qui La connaissent, qui La négligent ou L’ignorent même, qui La combattent, celles et ceux qui ne La pressentent pas du tout et ne savent encore à l’heure présente absolument rien de Son existence et de tout ce qu’Elle dévoile pour l’ensemble des petites créatures humaines vont toutes et tous bientôt l’expérimenter, L’éprouver ou La vérifier.

.

Oui, la période qui était magnanimement accordée et justement décomptée pour tous les êtres humains de cette terre s’est considérablement réduite, alors que simultanément, le temps s’est prodigieusement accéléré et que la marche jusque-là parfaitement régulière du tic-tac de l’horloge cosmique a vu paradoxalement son aiguille comme ralentir, puis et seulement en apparence s’arrêter en marquant fortement et inexorablement l’emplacement exact de la douzième heure, cette fatidique douzième heure qui nous était pourtant signifiée comme cruciale depuis des temps immémoriaux.

.

La VÉRITÉ va donc devoir inévitablement S’accomplir intégralement, et ce justement parce qu’Elle est inscrite totalement, énoncée entièrement et très lisiblement déclarée dans le Texte Sacré qui nous a été offert au siècle dernier par le Seigneur. Les jalons et les repères étaient déjà parfaitement indiqués, aménagés avec soin et posés tout au long de ce magnifique et authentique chemin qu’Il nous avait donné et ainsi permis de prendre et de suivre pas à pas si nous le voulions bien et si nous consentions à effectuer enfin quelques courageux et ultimes efforts ; des indications suffisamment explicites nous étaient apportées précisément et exactement là où il le fallait, la marche à suivre était par conséquent clairement montrée et soigneusement préparée par le Fils de l’Homme qui avait par Sa Parole Sacrée, offert à toute l’humanité sa dernière et également unique possibilité de libération et de délivrance.

 

Les quelques derniers doutes que le lecteur pourrait encore légitimement avoir et les ultimes questionnements qu’il ne manquerait pas de se poser encore en (re)lisant ou (re)découvrant ainsi chacune des conférences rétablies dans le bon ordre et dans leur intégralité, devront désormais peu à peu s’estomper les uns après les autres pour complètement disparaître en discernant toujours mieux tout ce qui y était annoncé et proclamé, sauf évidemment à se mettre dans la sempiternelle condition ou posture exprimée si justement et si parfaitement par le double proverbe bien connu : « il n’est de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre » et « il n’est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ».

.

Ainsi, le miroir quelque peu dépoli et terni qui nous a été proposé et exposé dans la vitrine durant de trop nombreuses décennies ne peut rester indéfiniment présent, car il n’est pas ou plus du tout adapté à nos capacités de compréhension et de vision qui se sont assurément transformées, déployées et accrues dans le cours de ces toutes dernières décennies.

.

Et surtout, le véritable miroir seul capable de refléter et donner entièrement la Vérité est bien de nouveau présent, revenu en plein jour et en toute clarté, sans tache ni salissure aucune, et non seulement il reflète fidèlement La VÉRITÉ ÉTERNELLE, mais il nous offre en surplus sa Pureté et son Rayonnement absolument intacts, et donc parfaitement visibles et reconnaissables à celles et ceux qui veulent bien L’approcher et s’en saisir.

 

Sachons désormais être lucides et responsables, et par conséquent sachons là aussi bien voir et distinguer promptement ce que ce miroir parfait renvoie à notre propre regard. Sachons aussi ne pas rester entièrement muets et complètement silencieux, nous qui avons appris et je l’espère suffisamment compris et désormais enfin saisi de la meilleure manière possible et en tout cas suffisamment et convenablement jusqu’à ce jour le contenu de ce Message de Vérité qui nous est revenu, et cela afin de pouvoir avertir et annoncer sous quelque forme et moyen que ce soit (paroles, écrits, images, sons …) et selon nos propres aptitudes ou dispositions que nous possédons tous en nous, ces temps futurs pourtant si proches, mais tellement potentiellement chargés de douleurs et de tourments, de larmes et de sang, mais aussi et surtout abondamment emplis d’espérance et de joie pure.

.

Sachons dorénavant devenir véritablement, parfaitement et entièrement responsables de tout ce que nous entreprenons et effectuons désormais afin que le Seigneur ne puisse bientôt plus nous faire le grief de suivre simplement les autres ou leurs idées et donc ne pas nous engager suffisamment, fermement et de manière toute personnelle pour ne pas finalement oser faire le pas décisif et ainsi passer à l’action constructrice et édificatrice.

.

Tout cela qui nous fut donc si justement et amèrement reproché par le Seigneur lors de son dernier séjour en terre de Germanie doit fortement nous inciter à aller toujours plus de l’avant et il nous reste à espérer que nous saurons enfin suivre cette fois-ci la voie toute tracée qui nous est offerte de façon à nous rendre, et chacun à notre place, le plus digne possible de toutes Ses justes recommandations et fortes exhortations si profitables et indispensables à notre petite vie présente et donc à notre survie tout court.

.

Osons enfin mettre réellement et concrètement en pratique tout ce qui est encore enfoui et enraciné au plus profond de nous, tentons d’éveiller les consciences afin de les libérer peu à peu de l’asservissement et de l’étouffement dans lesquels elles se trouvent actuellement plongées. Démasquons et chassons enfin cette paresse généralisée si commode qui nous asphyxie littéralement et qui nous empêche de prendre ce véritable et oh combien salutaire envol pour ensuite nous libérer totalement afin de tout simplement espérer et revivre dignement sur cette planète comme nous aurions dû le faire en tant qu’humains depuis des temps immémoriaux, aux côtés de toutes ces entités plus ou moins proches qui nous regardent avec dégoût, consternation et même effroi. Retrouvons enfin cette véritable paix et cette authentique et belle joie qui n’auraient jamais dû disparaître de nos cœurs afin d’embellir cette terre qui nous a pourtant accueillis.

 

 

Chapitre 11 : le long, patient et indispensable labeur de toute une vie

peut-il être remis en cause l’espace de quelques petites années ?

.

Leave a Reply

*