.

.

Et si cela avait été ainsi 

Chapitre 5  : Et germa l’idée folle, saugrenue et insensée

de réécrire le Message

…………………………………………………………….

 

 

 

 

Avant d’essayer d’aller encore plus un peu plus loin dans toute cette confusion actuelle, je me dois de revenir un instant sur cette notion qui me paraît extrêmement importante, voire fondamentale concernant l’accueil qui doit être fait par tout esprit d’évolution peuplant cette planète et particulièrement de la démarche qu’il lui faut entreprendre et l’état d’esprit dans lequel il doit être en face de la Parole Sacre contenue aussi bien dans le Message du Graal que dans toutes les Œuvres produites par le Seigneur. En effet, le moindre désaccord ou trouble ainsi que le plus petit doute ou la plus infime ambiguïté qui pourraient éventuellement subsister ne signifient rien de moins que l’être humain doit alors inévitablement rejeter totalement Cette Parole … ou L’accepter intégralement. Il n’y a là et il n’y a toujours et plus que jamais, aucune échappatoire pour la créature humaine et nulle autre issue possible que de La recevoir et de L’accueillir telle quelle Est « en bloc » ou … de L’écarter et La refuser entièrement.

.

Le Seigneur avait bien précisé que le fait d’approuver Ses Écrits sous-entendait qu’il fallait en quelque sorte de gré ou de force accepter Sa Parole et par conséquent se plier et se conformer en tous points à Sa Volonté. A contrario et tout naturellement, si le lecteur émet des réserves ou ressent des incertitudes, et plus encore s’il rejette une quelconque partie si infime soit-elle du texte proposé, il ne peut dès lors raisonnablement considérer accepter l’Œuvre en son entier et il se trouve ainsi placé devant l’alternative que nous offre la formule bien connue du « tout ou rien ».

.

Bien évidemment, dans l’éventualité où ce même lecteur ne comprend pas tout à fait (et cela doit et peut arriver forcément relativement souvent vu notre manque évident de maturité sur nombre de sujets, et particulièrement sur ceux primordiaux et essentiels soulevés par les Ecrits du Seigneur) ou bien se sent particulièrement touché ou même blessé par une phrase ou une partie quelconque contenue dans le Message, cela indique tout simplement qu’il lui faut encore travailler sur lui-même pour arriver à la plus exacte compréhension possible de ce qui peut l’interroger, le freiner ou le désarçonner.

.

L’acceptation ne vaut bien entendu que si la Parole est suffisamment et même plus, parfaitement assimilée, donc réellement appropriée et faite entièrement sienne, devenant en quelque sorte comme sa chair et son sang. Et le degré de compréhension et de perception en la matière se trouvent bien évidement très inégaux pour chaque être qui rencontre et reçoit La Parole Sacrée et Divine Enfin, il y a lieu de noter que c’est l’état réel et donc l’écoute, la disponibilité, la réflexion, la mouvance et l’attention portées qui importent le plus en la matière : en un mot, l’ouverture de l’esprit doit s’effectuer de façon spontanée, claire et limpide pour celui qui sait recevoir correctement et comme il se doit cette Parole incomparable, et même si Celle-ci je le répète peut, en certaines circonstances heurter ou déplaire plus ou moins directement le lecteur ; il doit comprendre et savoir, mais aussi bien se convaincre que ce qui nous est donné l’est avec le véritable amour, celui qui renferme rigueur et vérité. Le principal réside dans le fait qu’il faut recevoir Cette Parole Divine avec suffisamment d’authentique humilité, et ainsi, sera donc et se trouvera possible de prendre la bonne et sûre voie qui fera progresser chaque être humain de cette terre. 

 

Cette parenthèse refermée, j’en reviens donc à mon point de départ. Ainsi, et toujours du vivant du Seigneur, d’autres personnes qui elles appartenaient à ce cercle plus ou moins rapproché et qui avaient au fond d’elles des intentions quelque peu douteuses et suspectes, se trouvant prises en même temps dans tout un engrenage altéré, faussé, hallucinant et maléfique, commencèrent-elles peut-être et de façon plutôt très discrète, voire clandestine, à envisager dans l’élaboration de leurs pensées initiales et par ailleurs tout à fait insensées cette possibilité de transformation de La Sainte Parole.

.

Mais elles ne pouvaient évidemment concrétiser tout cela, ou alors de façon très partielle ou fragmentaire, étant donné les trop nombreuses et néfastes conditions qui régnaient durant cette sombre et longue période qui ne pouvait évidemment que freiner ou même interdire toute espèce de tentative de cette nature, du moins pour un certain temps qui correspondait à celui de la véritable tragédie guerrière et raciale qui sévissait en particulier sur toute l’Europe. Mais peut-être qu’un peu plus tard, la tempête se calmant, les rayons tremblants du soleil réapparaissant, les vents violents des années noires s’apaisant et les dangers réels sous toutes les formes disparaissant alors complètement, de nouvelles circonstances et par conséquent des opportunités pourraient bien survenir, et alors ….

 

A partir de l’instant où le Seigneur n’était plus présent physiquement, et par conséquent dès Son départ prématuré de notre plan terrestre (très certainement effectué de cette manière « avancée » puisqu’Il aurait dû vivre beaucoup plus longtemps si les évènements provoqués par les ténèbres et lâchement suivis par des humains maléfiques du même calibre n’avaient pas pris cette tournure), l’invraisemblable scénario à peine esquissé pouvait alors se préciser et finalement commencer à prendre forme et se dérouler. Bien entendu, cela ne put prendre corps et réalité tout de suite dans cette matière particulièrement pesante car le choc immense consécutif au départ anticipé et brutal du Seigneur de ce plan terrestre marquait profondément les âmes et les esprits qui avaient tout de même et malgré tout parfaitement reconnu la présence éminente du Fils de l’Homme ainsi que l’existence de Son Message de Vérité.

.

De même, les conditions environnementales toujours aussi lamentables, chargées et risquées restaient tout à fait bien présentes et empêchaient donc encore la réalisation effective de ce qui allait survenir seulement quelques années plus tard. En effet, dès que le deuxième conflit mondial fut complètement terminé et que les moyens de circulation et les possibilités de liberté ainsi que les échanges purent être rétablis à peu près normalement, puis par la suite complètement entre les hommes ou les nations entre elles et qu’enfin, La Montagne se trouva définitivement libérée de ses sinistres occupants bottés et casqués et rendue à ses propriétaires légitimes, les conditions pour l’avènement d’une sorte de renouveau se trouvaient alors naturellement et en principe réunies. Et c’est bien dès ce moment précis que Les « successeurs directs », les dépositaires et gardiens de la Parole Divine Sacrée commencèrent dans cette nouvelle époque de « renaissance » et  de renouveau à ériger et mettre progressivement en place une structure que tous les Porteurs de Croix quelle que soit leur obédience connaissent parfaitement et qu’ils dénommèrent « Mouvement International du Graal » afin de pouvoir véritablement asseoir et consolider un programme actualisé et « modernisé ».

.

Ce plan serait donc axé dans trois directions fondamentales qui devraient être exécutées de manière concomitante. Dans la toute première phase, devait s’effectuer l’effacement graduel mais néanmoins suffisamment rapide avec la disparition complète de LA PAROLE DIVINE contenue dans le Message du Graal 1931. Dans la deuxième phase, et de manière simultanée se mettait en place la « mise sur le marché » d’un tout nouveau « produit d’appel » avec la venue et l’ « apparition » d’un texte inédit complètement remanié et prétendument restauré se substituant au précédent et authentique texte du Seigneur. Si j’emploie volontairement et à dessein l’expression « produit d’appel » c’est simplement parce que cette conception et cette manière d’opérer correspondaient vraiment et se trouvaient être déjà le reflet de toute une époque, d’une façon de faire et d’un vocabulaire qui allaient investir et obséder tout notre mode de vie et de pensée occidental, puis quasiment planétaire. Enfin dans la troisième et dernière phase, et pour en quelque sorte « couronner le tout », devait s’instaurer à plus grande échelle une véritable et solide structure sous forme d’association fabriquée elle aussi de toutes pièces qui réunirait sous sa « houlette » tous les adeptes du monde entier et permettrait ainsi la divulgation de La Parole Divine sur terre.

.

Ainsi, tous les moyens étaient mis en place pour qu’un tout autre Message de Vérité puisse par conséquent et le plus rapidement possible être divulgué et surtout transmis à l’humanité. Ce plan consistait en la transformation du texte original avec pour conséquences directe et indirecte, le changement radical de tout l’édifice complet et parfait qu’était le Message du Graal que le Seigneur nous avait légué, alors que, par les fruits de Son expérience et de Son action personnelles constantes durant de très nombreuses années, Il l’avait patiemment, méthodiquement, courageusement construit et bâti pierre après pierre l’imprégnant de Sa Volonté et de Son Amour infinis.

.

En voulant enfouir, cacher, taire ce véritable trésor pour ainsi le soustraire à tout jamais de la mémoire et de la conscience humaines, devait donc inexorablement et fatalement s’ensuivre la disparition progressive et complète de la surface de la planète du Vrai et Authentique Message, ce magnifique bijou qu’était le Message Divin originel qui avait été parfaitement mûri aux rayons bienfaisants du soleil tel un beau et succulent fruit arrivé à pleine maturité. Ce pur joyau qui était donc offert à l’humanité pour qu’elle en goutât le parfum incomparable ne pouvait qu’être irréprochable et parfait, et bien évidement, Il l’était, il l’est encore et Le sera éternellement, avec toute sa saveur, tout son bouquet, toute sa richesse infinie, sa délicatesse, sa distinction et Son Amour véritable, mais aussi avec toute sa rigueur, sa détermination, sa puissance, son intensité, son intransigeance et Sa Volonté parfaite qui prouvent et signent incontestablement son Origine.

 

Seulement voilà, les femmes et les hommes de cette terre devenue si ingrate ne voulurent pas recevoir simplement et saisir avec humilité les véritables enseignements et les profondes significations contenus dans le Message Divin : ils ne voulaient décidemment pas connaître ou reconnaître humblement La Pure Vérité issue des Hauteurs Lumineuses et à travers Elle Celui qui voulait l’offrir intacte et Immaculée en Se consacrant entièrement à Sa mission et en Se vouant « corps et âme » à Sa tâche, et toujours inconséquents et stupides, s’en détournèrent presque aussitôt, comme par sortilège. Ainsi, ils s’interdirent et se fermèrent une fois encore pour un long temps à l’immense espoir que la Sainte Parole apportait à tout le genre humain auquel nous appartenons.

.

Dans ce vide immense, dans cet entourage par définition proche et forcément désemparé lui aussi par cette perte immense et irréparable, se concrétisa et germa ce qui se tramait peut-être déjà les quelques petites années auparavant : l’idée folle, saugrenue et insensée de réécrire le Message pour que l’humanité puisse soi-disant mieux L’aborder, Le comprendre et peut-être finalement plus facilement L’accueillir pour en définitive L’accepter en cette nouvelle forme. Un nouveau message devait alors être proposé aux êtres humains de cette planète, un message qui serait beaucoup plus à leur portée, plus proche de leur entendement et qui atténuerait et réduirait sensiblement les aspérités existantes et forcément gênantes ou bien embarrassantes en faisant notamment disparaître quelques phrases et passages suffisamment explicites, un brin révélateur et parfois même carrément accusateur. Des conférences entières qui pouvaient illustrer clairement et donc révéler à Sa source la Pure Vérité contenue dans ces Enseignements Sacrés et éternellement Vivants disparaissaient ainsi complètement de la construction initiale, comme se volatilisaient tout aussi étrangement des passages essentiels et tout à fait explicites du Message Divin.

 

Alors, le parfait, le majestueux monument qui devait dominer et resplendir se trouvait donc irrémédiablement et irréparablement condamné à disparaître, et à Sa place ne demeurait qu’une pâle et toute nouvelle copie qui au lieu de s’ériger s’affaissait sur elle-même pour finalement s’écrouler et venir peu à peu s’éparpiller sur le sol pour ensuite irrémédiablement se disperser à tous les vents du malheur. Le beau et superbe édifice original construit volontairement d’un seul bloc et qui s’élevait fièrement dans les cieux comme un symbole de splendeur, de puissance et de force, venait de se métamorphoser en trois plus petites et modestes constructions fragmentaires, de surcroît construites très hâtivement et de manière fatalement provisoire, et qui ne pouvaient donc que se fondre et se perdre couramment et discrètement dans tout le paysage environnant.

.

L’homme de cette terre pouvait de la sorte un peu mieux voir et découvrir ce qui lui était maintenant apporté parce que tout cela était comme revenu à un petit niveau et bien modeste rang, c’est-à-dire en réalité …. Le sien. Il n’y avait plus désormais la véritable et sublime joie de pouvoir contempler les hautes cimes scintillantes de blancheur immaculée et le ciel immensément bleu pour s’interroger véritablement et essayer de porter son regard encore un peu plus loin et haut, toujours plus loin et toujours plus haut, puisqu’il il suffisait tout simplement d’aller voir et pénétrer successivement dans chacun des trois bâtiments se trouvant proches et qui étaient offerts à la curiosité, donc à la soif et la faim du savoir. Mais si le pèlerin de cette terre pouvait malgré tout quelque peu avancer et progresser en goûtant et buvant ce qui lui était nouvellement présenté, il n’allait en fait pas très loin ou suffisamment de l’avant et son esprit restait encore un peu trop emprisonné entre ces murs fragiles décidément pas tout à fait assez élevés et suffisamment solides ou fermes eux aussi.

.

Et même, s’il pouvait encore avoir dorénavant accès en tant que « récompense » suprême à un quatrième édifice qui se voulait être une sorte de « gratification », la nouvelle et dernière construction qui était demeurée jusque-là complètement invisible et inconnue, soigneusement cachée qu’elle était sur le parcours qu’il avait dû effectuer jusqu’à présent, il ne pouvait dès lors raisonnablement se profiler et finalement un peu trop ordinairement s’offrir à lui qu’un nouvel horizon sans réelle, belle et magnifique perspective : il y manquait en effet cette nostalgie salvatrice, cette merveilleuse espérance et joie pure qui vibrent et résonnent tout au fond de soi. De plus, l’orgueil insensé et la supériorité éhontée que manifestait en général l’hôte de cette terre d’abord à l’égard de Son CREATEUR et puis en second lieu à l’encontre de beaucoup de ses propres semblables et contemporains ne pouvaient dès lors que s’exprimer plus fortement et finalement ressortir davantage encore dans ce nouveau contexte complètement faussé et totalement déformé. En effet, la véritable et florissante substance ainsi que toute la riche, vraie et saine nourriture contenue dans le Texte Sacré provenant de La Lumière authentique faisaient indiscutablement défaut puisque les multiples et lourdes accusations du Seigneur proférées à l’encontre de l’humanité ainsi que les véritables et vivifiants conseils prodigués comme les paroles d’exhortation manifestées à l’endroit des femmes et des hommes de cette terre se voyaient ainsi fortement atténuées ou même parfois complètement gommées et effacées. La responsabilité réelle et par-delà le sentiment de la vraie culpabilité et de la faute immense que pouvait et devait pourtant endosser et ressentir l’esprit d’évolution se trouvaient de ce fait immanquablement amoindris et aussi profondément affaiblis.

.

A l’inverse, et tout à fait normalement et cela de façon bien compréhensive, son petit « moi » n’étant qu’incomplètement atteint et non touché plus sérieusement et profondément, ce dernier ne pouvait donc ainsi logiquement que mieux ressortir et transparaître. En un mot, là où le Seigneur savait exactement nous faire « toucher du doigt » toutes nos insuffisances, nos carences et nos faiblesses et donc marquer l’endroit très précis où « cela fait mal » en faisant instantanément ressortir nos manquements et nos propres fautes, le nouveau message donné aux esprits d’évolution de la postcréation n’effaçait quant à lui, et seulement par courts et brefs instants nos erreurs manifestes et se contentait seulement d’ôter et de débarrasser de façon bien trop insuffisante voire superficielle toute les multiples couches ou scories que nous avions amassées depuis trop longtemps. Décidément, la copie ne valait pas, et de très très loin l’orignal. Il y manquait assurément cette « patte » ou plutôt cette « griffe », véritable qui vous blesse beaucoup plus sérieusement et profondément, que ces petits ongles qui eux voudraient vous faire mal ou peur mais qui en fait n’égratignent uniquement que de manière légère et en définitive vaine.

.

Mais le temps est assurément venu où le lion puissant et indompté doit désormais réapparaître afin d’agir et rugir, et non un quelconque autre animal devenu bien trop doux et inoffensif puisque domestiqué et apprivoisé par les hommes ! Celui que l’on craint et redoute tant et qui est fort justement nommé et désigné comme le Roi de la savane ; le Roi Véritable et Unique de la Création doit désormais très bientôt revenir et reprendre Sa couronne qui lui avait été outrageusement ôtée et honteusement subtilisée.

 

Chapitre 6 :  LA MISSION ULTIME DU FILS DE L’HOMME

EST ENCORE A VENIR

 

 

Leave a Reply

*