.
.

La vieillesse

***************************************************

 

« Si jeunesse savait et si vieillesse pouvait » tel est le dicton qui résume bien le parcours terrestre de ce que ici-bas nous sommes, les petits êtres humains. Un autre dicton africain dit « un vieux qui meurt en Afrique c’est une bibliothèque qui brule».

 

L’intuition qui ressort de ces dictons est que la vieillesse (qui apparait d’ailleurs comme étant un terme péjoratif dans nos civilisations actuelles) ne lègue pas assez de son vécu aux générations qui viennent derrière elle.

 

Alors que la question de fond ne doit être que celle-ci : en quoi l’expérience d’autrui peut-elle être utile aux autres quand nous savons que chacun a son propre chemin, que le chemin du fils ne doit et ne peut être identique à celui de son père, de la fille non plus à sa mère, même les jumeaux nés le même jour ont des vécus différents.

 

Est-il légitime pour nous d’accabler les vieux par rapport à nos souhaits égoïstes car tel est le cycle des plans terrestres, on vient pour apprendre et apporter le sac plein de richesses que nous avons emmagasiné sur terre. Je parle ici de richesses spirituelles uniquement produites par notre vécu puisque la déformation de notre intellect nous fait miroiter que les richesses valables à conserver sont seulement les biens matérielles.

 

A quoi sert-il à un être humain arrivé à un âge très avancé et donc à l’un des moments les plus importants pour la suite de son évolution de se battre pour les richesses et les honneurs matériels qui n’ont aucune valeur lorsqu’il aura laissé son vêtement terrestre ?

 

A quoi servira un compte bien garni après la mort ou même toutes les distinctions que l’on peut recevoir de nos contemporains ? C’est vrai qu’un remerciement pour une vie bien accomplie peut-être une source d’inspiration pour les générations futures mais aussi un encouragement pour celle ou celui qui a l’a réalisée pour continuer dans la bonne voie.

 

Les signes extérieurs de vieillissement sont des aides qui doivent nous permettre de lever les yeux en toute pureté vers Le Créateur. Autant la chevelure qui devient blanche nous rappelle plus que jamais qu’il est temps de nous consacrer à la purification la plus intense de notre âme, autant le corps qui est abimé et déformé nous rappelle que cette chair ne nous appartient pas. ce corps physique nous a seulement été remis comme un véhicule pour notre parcours terrestre. Ce corps qui tombera en lambeaux n’est pas non plus notre moi réel. il est seulement un cadeau de plus de notre Créateur pour nous enrichir à travers les expériences vécues terrestres. Sans ces richesses que sont les expériences vécues sur terre, nous esprits d’évolution, ne pouvons vivre et jouir de manière consciente de la vie dans le Paradis ou les irradiations d’IMANUEL sont infiniment plus intenses.

 

L’esprit vieillit-il vraiment ou s’enrichit-il ? Il est souvent merveilleux de voir la sérénité, la confiance (mais pas celle en l’argent bien sûr), le sourire et la paix que dégagent un vieux ou une vieille qui a réellement vécu sa vie. Et dont le sac pour le retour est plein de richesses. Et pour qui la mort physique ne l’inquiète point car dans son subconscient il sait que sa vie ne s‘arrête pas. Ce qui fait que quel que soit son vécu, tout esprit doit être capable de rentrer dans cette phase décisive de la vie terrestre.

 

Nous ne vieillissons pas en tant qu’esprit d’évolution car nous sommes les enfants de la véritable création. Ce qui devient vieux en nous est tout ce qui ne s’accorde pas avec les Lois du Créateur; cela devient vieux et dégoutant parce que ces mauvaises actions se répètent sans s’ennoblir. Et aujourd’hui, pendant ce tournant ultime du Jugement dernier, nous sommes comme cette même vieillesse qui s’est écartée des lois de la création et pour qui il est temps de laisser mourir ce vieil homme et cette vielle femme afin de laisser l’enfant en nous vivre et ainsi continuer son chemin d’évolution. Le risque est là pour toux ceux qui ne voudront pas se défaire de la carcasse du vieil homme ou de la vieille femme de voir cet ancien disparaisse avec la matière qui se transforme selon les directives de la Volonté du Créateur d’après la loi du mouvement.

 

Il est souvent ridicule de voir comment nous les « jeunes gens » ou les plus jeunes  nous nous inquiétons de la période où l’on va vieillir. Et quelqu’un me disait « quand l’on vieillit, on devient vilain et laid ». Mais en réalité, on est vilain et laid seulement quand notre intérieur l’est. Et peu importe notre âge que nous soyons jeunes ou vieux. Lorsque nos actes et pensées chassent tous les guides lumineux qui devraient nous embellir par leur rapprochement avec nous et nos enveloppes ; la beauté est d’abord celle de nos enveloppes intérieures puisqu’elles irradient vers l’extérieur et il suffit simplement pour cela de regarder le charme que dégage une vieillesse qui vit cette période avec joie et sérénité et qui utilise son aura pour inspirer et tout ennoblir autour d’elle.

 

Imaginez-vous un monde matériel sans vieillesse où tous ces tyrans, toutes ces personnes qui empoisonnent la terre règneraient alors en maîtres et maitresses absolus sans merci sur ceux qui n’ont pas ces mêmes atouts terrestres.

 

La vieillesse fait partie du processus d’évolution pour le renouvellement ou changement d’état pour chaque chose dans la post-création afin que rien ne stagne, et même Les fils de Dieu sont naturellement soumis à cette Loi, lorsqu’ils doivent se servir des corps terrestres pour nous apporter le pain de la vie.

 

En conclusion la vieillesse est l’heure privilégiée ou nous devrons ranger nos acquis ici-bas afin que notre panier bien garni nous aide à poursuivre notre chemin dans  l’au-delà avec sérénité, alors que les aides lumineux qui s’y trouvent pour nous conduire puissent s’associer à cette marche ascendante. La vieillesse est comme du miel que l’on doit délicieusement consommer  au lieu de se battre pour des choses sans vie et qui meurent avec  le corps terrestre.

 

Une contribution de Monsieur Nzigou

 

 

 

 

No Comments »
Le premier temple que chaque être doit élever
******************************************************************************************************** 
 

 

Rêve : « Nous étions assis sur des bancs au lieu des chaises qui occupent à l’ordinaire les lieux. Je me suis demandé : « est-ce le temple ? » :

 

Interprétation :

 

Et là on vous dévoile ce qui est, véritablement, que l’on maintient les êtres liés ensemble, pour qu’ils ne se réalisent pas par eux-mêmes, mais qu’ils soient comme des moutons de Panurge qui suivent aveuglément ce qu’on leur dit de penser, de dire, de faire.

 

Et l’on vous montre par le banc que cela représente cette chaîne qui entrave les êtres, alors que la chaise c’est s’assumer en se mettant en mouvement soi-même pour vivre dans la Parole, c’est devenir un être libre en construisant sa conviction, sa fidélité, et ainsi de devenir un roc solide pour servir la Volonté de la Lumière. Et c’est, de ce fait, ancrer, en devenant un  exemple, ce qui est donné dans la Parole.

 

Devenir un exemple vivant pour faire rayonner à travers soi, sa façon d’être, ses pensées, ses paroles, et ses actes, les Lois de la Lumière.

 

Et ainsi devenir libre pour servir la Lumière en devenant un être conscient de sa responsabilité, et par sa maturité grandissante devenir un outil au service de la Lumière, devenir un être utile pour œuvrer dans cette merveilleuse Création qui appartient au Créateur de Tous les Mondes.

 

Et le vrai temple n’est pas une église terrestre, car ce n’est pas faire semblant, mais il doit d’abord se construire en soi, en vivant dans la Parole du Seigneur, c’est le premier temple que chaque être doit élever redonnant en une prière de gratitude tout son amour au Seigneur et au Créateur de Tous les Mondes.

 

Et alors chaque être deviendra un vrai porteur de Croix montrant, ainsi que par son habit de cérémonie, son appartenance à la Lumière.

 

Voici Monsieur A. ce que vous indique votre guide à travers ce rêve, il vous montre ainsi le chemin à suivre, et à construire à l’intérieur de vous.

 

L’aide est là immense au-dessus de chacun, mais c’est à chaque être de vouloir l’entendre et la saisir, mais quand l’être est sincère, jamais seul il n’est, car la Lumière n’abandonne jamais celui qui veut aller vers Elle et qui veut vivre en Elle.

 

 

No Comments »
 

 

Dualité : la lutte entre l’esprit et l’intellect

***************************************************************************

 

La reconnaissance de votre Seigneur et Roi, de Sa Parole, et la reconnaissance de la Haute Féminité, vont vous amener à retrouver ce qui est noble en vous, et c’est ainsi que vous allez vous unir de nouveau à la notion de la noblesse, en laissant rayonner de vous ce qui est beau, ce qui est en accord avec la Lumière et Ses Saintes Lois.

 

Laisser rayonner de vous les dons de lumière déposés en vous dans l’action pour votre service à la Lumière.

 

Et cette gêne éprouvée est liée encore à la dualité qui existe en vous et qui voudrait vous empêcher de laisser rejaillir de vous ce qui est noble et beau, et qui veut servir la Lumière.

 

Et on vous montre aussi que vous êtes en train de changer, et que ce changement en vous est sujet à des dualités, entre votre esprit et votre intellect, qui veut garder sa suprématie, et qui n’apprécie pas que vous deveniez nouveau, et que l’esprit en vous soit en train de reprendre les rênes de sa vie pour servir la Lumière.

 

Alors soyez vigilant afin que cette dualité ne vous détourne pas de votre but de servir la Lumière. Ainsi votre guide vous donne toutes les directions dont vous avez besoin afin que vous puissiez déployer les ailes de votre esprit pour servir la Lumière.

 

 

No Comments »

 

 

Tout peut devenir bénédiction pour l’être qui s’ouvre vers la Lumière

**************************************************************************

 

Quand on se tend vers les guides de lumière, alors vient la compréhension de tout ce que l’on vit intérieurement et extérieurement.  Et alors tout en soi est en harmonie, en paix.

 

Et quand l’expérience vécue amène à la compréhension, alors on devient de ce fait un exemple vivant,  qui rayonne tout simplement vers l’extérieur, et se propage vers les autres autour de soi.

 

Et alors la récolte qui  revient devient bénédiction car la leçon a été comprise et de ce fait élève l’être au-dessus de son bourbier, le hissant au-dessus de répercussions qui auraient pu être difficiles et douloureuses.  La récolte devient bénédiction et répand de ce fait la force en l’être.

 

Ainsi tout peut devenir bénédiction pour l’être qui s’ouvre vers la Lumière et qui jour après jour se tend vers Elle en s’insérant dans Ses Lois. 

 

Et alors comblé est l’être qui suit le chemin de la Lumière

 

Et là il vous est montré que nul besoin de compréhension intellectuelle, mais que c’est la compréhension du cœur qui compte, car le cœur guide vers ce qui est beau et bon.

 

Et nul besoin de discours, de bavardage inutile, pour saisir ce qui vient de la Lumière.

 

Et quand l’être est ouvert à la Lumière, qu’il s’insère dans Ses Lois, alors à la Table de la Création il est invité à se nourrir des fruits de lumière qu’Elle lui offre.

 

 

No Comments »

 

Nzigou : la journée internationale de la femme

************************************************

 

La journée internationale de la femme officialisée par les Nations unis en 1977, est sensé contribuer à la promotion des droits de la femme sur tout les plans. Une attention particulière sera donnée aux droits suivants : l’égalité,  les droits sociaux et le droit de vote.

 

Les droits de la femme et les revendications féminines doivent-ils se limiter au plan matériel seulement ?

 

Cette égalité ne doit-elle pas être toute naturelle et juste ? Ne doit-elle pas vibrer dans les lois de la Création ? La notion de l’égalité de l’homme et de la femme est-elle conforme à la Volonté de Dieu ? Cette notion apparemment belle sur le plan terrestre contribue-t-telle à l’évolution spirituelle de l’humanité ? Ou accélère-t-elle au contraire la chute de l’humanité ?

 

La confusion est grande, même chez certaines porteuses de vérité, qui lisent le Message du Graal. La femme doit  montrer la voie aux hommes. Mais lorsqu’on pose la question du rôle de la femme dans l’ancrage de la Lumière, certaines vous répondrons, oui vous les hommes vous devez honorer et respecter la femme par votre protection et votre respect. Ce qui est d’ailleurs normal pour tout homme qui se veut digne.

 

Cependant la femme n’a-t-elle pas des devoirs ? Elle est le Pont, l’aide, l’amour, celle qui donne la force, le réconfort, la fleur, l’éducatrice, la Prêtresse, la Reine, la Princesse dans le vrai sens du terme dans tout les autres plan au-dessus de la terre. Mais où retrouver sur terre cette femme idéale ? On ne voit plus que la femme  qui tend à tout prix à se masculiniser. Elle réclame des droits du sexe masculin, des droits qui déparent sa vraie féminité.

 

Ici, au Gabon, si cela n’est autre que la corruption de tout bon sens,  qui accepterait de voir sa fille devenir bucheron pour couper des troncs d’arbres ?  Ou encore conduire des gros tracteurs juste sous prétexte d’égalité ?

 

Cette masculinisation criminelle qui tue la vraie beauté féminine, la beauté  telle qu’elle est voulu par le Créateur : la fleur avec ces belles couleurs radiantes, irradiantes de pureté.

 

La femme n’est pas cet être faible que l’on veut nous faire croire car elle est psychiquement plus forte que l’homme.

 

C’est elle qui tient le destin de tout peuple entre ses mains et dans son cœur,  car son aura et sa pureté intérieure ont une  influence déterminante sur l’attraction des âmes qu’elle accueille dans son sein. Elle est la porte d’entrée des âmes pures, la porte d’incarnation des esprits de qualité. Mais, elle peut aussi attirer sur terre des esprits déchus, de véritables brebis galeuses qui ne peuvent que semer le mal, car en vérité ils n’ont pas leur place sur terre. Elle a aussi une influence non négligeable sur l’éducation de l’enfant par son exemple. Elle doit honorer la notion de mère :  »’Tu honoreras père et mère » dit le quatrième Commandement.

 

Plus que l’homme la femme a généralement plus de sens du devoir. Il est regrettable de constater jusqu’où la déformation de ce sens du devoir peut conduire certaines femmes. Ainsi voit-on certaines femmes par manque de savoir n’hésiterons pas à se prostituer ou à se faire humilier dans un monde où l’argent est devenu le dieu à tout faire afin de procurer de la nourriture et des vêtements à leurs enfants. Qui n’a pas été marqué par l’histoire de Fantine dans les Misérables de Victor Hugo ? La dure réalité dépasse l’histoire du poète. Aujourd’hui encore, elles sont innombrables celles qui vivent la même histoire. Irresponsabilité des papas ? Victimes des circonstances ? Faux amour du prochain ? Immoralité ? Facilité ? Il est difficile de trouver la véritable cause de cette misère.

 

Tournons notre regard vers la femme africaine, villageoise elle est dites, soumises elle est dites. Illettrée mais silencieuse, pudique, candide et forte elle avance dans son genre et porte son peuple. Là encore nous ne pouvons considérer que celles qui ne veulent pas se laisser corrompre par le soit disant modernisme et le pouvoir de l’argent et du matérialisme.

 

Au Gabon, par exemple dans les peuples Punus, les femmes à la naissance d’un enfant ont un rôle particulier. Ce sont elles qui encadrent et guident tout les premiers pas du nouveau né. Elles se regroupent toujours entre tantes, cousines, sœurs et amies pour soutenir la nouvelle maman à travers les soins qu’elles lui prodiguent ainsi  à qu’au nouveau né. Pendant ce temps l’homme est écarté avec sévérité.  Tous les hommes se soumettent à cette rigoureuse loi féminine. L’homme doit s’occuper de tout ce qui relève du matériel tel que couper le bois dans le village ou d’autres travaux plus masculins dans les villes.

 

Ainsi au sein du peuple Punus, le premier rôle est dévolu à la femme pendant l’entrée d’une nouvelle âme sur terre. C’est encore elle qui est au premier plan lorsque l’être humain quitte cette terre. En effet,  ne sont autorisées autour de la dépouille mortelle que les femmes. Les hommes sont hors de la chambre mortuaire. C’est l’activité féminine qui sert encore une nouvelle fois de pont à l’esprit qui s’en va. Cela se passe ainsi dans cette culture dites arriérée. Il est toutefois regrettable de constater les pleurs  et les cris de douleur qui surgissent. Ils ne sont que la conséquence de l’ignorance des lois de création.

 

On peut cependant relever que ces peuples dit arriérés sont encore lié à la  nature.  Et consciemment ou inconsciemment, ils ont ce savoir que la femme est ce lien ou ce pont entre le spirituelle et le matériel. Ici, il y a bien des choses que la soit disante modernité doit apprendre de ces cultures dites arriérées.

 

Aujourd’hui en accomplissement de la Parole, Le Message de Vérité du Saint Graal, la vraie femme dont l’activité se fait visible à tous ceux qui ont décidé de suivre le chemin de la Lumière, cette femme qui renait s’est levé. Et en silence elles guident toute celles et ceux qui veulent servir Dieu. A travers les exhortations des textes inspirés et guides ces femmes reprennent et rallument cette flamme de l’aspiration afin que l’homme agisse et que son action devienne visible dans la matière faisant ainsi résonné la Croix vivante à branche égale.

 

Cette journée internationale de la femme est une autre occasion de rendre un hommage solennel et particulier à toute ces Maitresses et Reines de cette création. Elle est aussi faire appel à toutes celles qui n’ont pas encore compris qu’elles sont la Main spirituelle  pour tirer l’humanité du bourbier dans lequel elle patauge depuis trop longtemps.

 

Vous les femmes, vous devez être les lampes qui éclairent le chemin du retour vers la pureté. C’est votre devoir sacré, votre devoir incontournable. Car l’action masculine dans la matière est vouée à l’échec si vous n’insufflez pas l’inspiration et la direction. Vous Gardiennes sur terre la flamme de l’aspiration vers la Lumière, vous avez le devoir d’être et d’agir silencieusement pour la Renaissance de l’humanité.

 

Dans les cultures africaines, quand un chef de village n’arrivait pas résoudre un problème, il convoquait une autre réunion. Mais, dans la nuit il recueillait les conseils de sa femme qui l’aidaient toujours à résoudre le conflit par ce que son cœur de femme lui inspirait.

 

Et nous les hommes au lieu d’être ces chefs qui ne maitrisent rien, nous avons le devoir d’écouter la direction de la vraie femme. Car par son intuition plus affinée, elle a le pouvoir de nous guider plus sûrement vers notre patrie d’origine : le Paradis.

 

Ce que Femme veut Dieu le veut dit un dicton très célèbre mais ce que Dieu veut n’a pas pour base le matériel car tout matériel reste soumis au changement.

 

Que la Volonté de Dieu soit faite aussi ici sur terre comme au ciel!

 

 

No Comments »