Nzigou : un rêve

******************************************************************

 

Telle est l’image d’un des chemins que nous risquons de parcourir après notre départ de la terre.

 

En effet, je viens de recevoir un nouveau Texte des Enseignements de la Lumière pour le dernier secours de l’humanité qui parle de la force sexuelle et de la protection. Après en avoir pris connaissance, je décide de relire le neuvième commandement  « Tu ne convoiteras point la femme du prochain », suivi du septième « Tu ne déroberas point ».

 

Cette double lecture m’amène alors sur la conférence« l’étranger »en me rendant compte une fois de plus que tout ce qui est décrit par le Seigneur est en train de s’accomplir aujourd’hui jusque dans ses moindres détails. Je m’endors et je commence à faire un rêve:

 

Dans ce rêve je parle avec le responsable d’une église qui vient de recevoir un don de l’un de ses fidèles. Cette offrande est constituée de quatre gros billets d’argent et au responsable qui est satisfait de lui, je lui exprime ceci : «  mais ce que vous faites n’est pas le service de Dieu ».

 

Puis une sorte de grosse vague arrive et je me se retrouve dans la matière subtile avec mon guide spirituel que je ressens à côté de moi. Celui-ci me montre une femme qui ressemble à l’une de mes tantes décédées, elle est à côté d’un puits où quelque chose qui ressemble à de la boue venant des plans terrestres remonte à ce niveau situé dans l’au-delà ; La femme mange cette boue qui  se répand sur sa bouche et le reste de son corps et cela à l’air très répugnant avec des couleurs de rouille.

 

Puis mon guide me dit qu’elle mange tout ce qu’elle préparait sur terre car elle envoyait cette même nourriture ici dans l’au-delà ; ensuite, un peu plus loin, je vois des gens assis dans une église ouverte à l’arrière comme s’ils passaient leur temps dans l’au-delà assis à ce même endroit sans rien faire d’autre. On s’avance et là je suis surpris de revoir un de mes voisins d’enfance qui était décédé très jeune, il ne se rend pas compte de ma présence.

 

Il est en train de travailler manuellement, et avec une brouette, il va prendre la terre à un endroit et reviens la déverse à un autre. Je ressens que c’est comme s’il payait une dette terrestre par ce travail dans l’au-delà, et la chose surprenante est que ce travail le rendait plus beau et plus jeune encore. Il était habillé d’un tee-shirt blanc et d’un short en jeans,  alors que le travail qu’il accomplissait ne salissait pas ses habits.

 

Puis, au même instant l’intuition me vient qu’à travers toutes nos vies et nos actes d’ici-bas, nous préparons effectivement ce qui nous attend après que nous aurons déposé cette enveloppe terrestre. C’est pourquoi la lumière nous exhorte à nous purifier car il est plus facile de le réaliser ici sur terre afin de s’en libérer puisque nous sommes encore maîtres de nos penchants et ainsi nous libérer de leurs chaines qui peuvent nous entrainer inexorablement à l’endroit où nous devrons les vivre pour plusieurs années avant de se libérer, si  toutefois cela est encore possible.

 

Aujourd’hui, nous avons la grâce d’avoir des textes précieux qui nous soutiennent et nous aident en nous montrant ce que nous sommes et ce dont nous avons besoin pour vivre selon la Parole salvatrice.

 

Je me réveille de mon sommeil et quitte mon rêve. Je continue la lecture de la conférence sur l’étranger et je tombe sur une phrase résultant du vécu de l’étranger, il écrit ceci “…Ils (les appelés) ne lui apparurent que bien indigents avec leurs défauts… Aussi fût-il durement frappé en apprenant, par cette terrible expérience, qu’on ne peut pas compter sur l’esprit humain, qu’il se montre indigne de la plus grande grâce, même sous la conduit spirituelle la plus fidèle et dans des cas aussi extraordinaires.”

 

Alors, à cet instant précis ma pensée s’envole dans le passé car je me souvenais de la phrase analogue dans le message tronqué qui indiquait ceci : “ L’homme est indigne de confiance quel que soit le degré de fidélité”. Ces deux récits qui semblent pourtant se placer dans le même contexte et avoir le même sens font cependant ressurgir en moi une image tout à fait différente parce que nous savons à la lumière de la Parole que la fidélité ne peut naitre que de la pureté, et ne peut par conséquent servir son Dieu, que celui qui est pur donc fidèle.

 

Cela pour signifier que ceux qui veulent mettre leur vouloir dans la Volonté de Dieu en ne changeant ne serais-ce qu’un mot de la Parole du Seigneur pour la rendre plus compréhensible et plus intellectuelle, se rendent coupables de tous les dérapages. Tous ceux qui se perdent, voulant soutenir une Édition ou une traduction au détriment de celle approuvé par le Fils de l’homme, lient les responsables à leurs victimes, ne serais-ce qu’un mot mal mis pourrait entrainer tout lecteur dans un labyrinthe sans retour, aussi sincère pourrait-il être.

 

Et ces tromperies, Le Seigneur ne pouvait les laisser ou les admettre déjà car connaissant parfaitement les fils et conséquences que peuvent engendrer ne serais-ce qu’un mot changé par un autre dans un contexte et par soucis de rendre les choses compréhensibles à l’intellect humain ou encore d’enlever une phrase dans une structure aussi parfaite. En utilisant certains termes de nos langages ou en employant une structure bien ordonnée et précise, la Lumière éveille en nous l’idée et l’image car dans l’au-delà spirituel, c’est le langage que nous utilisons. Or un mot changé par un autre peut simplement provoquer un ressenti diffèrent qui nous entraine à priori dans un chemin diffèrent de celui que la Lumière voulait que nous empruntions.

 

Faisons vraiment attention à notre prétendu savoir mieux et à notre orgueil qui risquent de nous perdre car nous ne sommes pas seulement responsables de notre seul avenir personnel,mais nous endossons également l’entière responsabilité de toutes les suites négatives qui peuvent arriver à ceux que nous avons mis dans l’erreur. Après avoir abandonné nos enveloppes, nous ne pourrons donc continuer notre propre chemin ascensionnel, qu’à la condition que ceux que nous avons faussement engagé dans certaines mauvaises voies ne retrouvent par eux-mêmes le bon itinéraire ou alors que nous-mêmes, puissions rattraper notre faute initiale envers eux en la dénouant d’une façon ou d’une autre. Tel est bien ce karma qui peut lier chacun de nous à sa ou ses victime(s).

 

 

Leave a Reply

*