Nzigou — Rêve : l’homme aux grosses lunettes noires

************************************************

 

« Dans ce rêve, je marche avec de grosses lunettes noires, comme un dindon dans la basse-cour.  Un homme est allongé sur un banc comme à la plage. Il me dit « regardez, le ciel se déchire ». j’enlève mes grosses lunettes noires pour bien voir. Et je réalise effectivement que le ciel se fend en deux. Aussitôt, sans rentrer en moi-même et sans même songer à remercier, je me retourne tout bonnement vers celui qui vient de me rendre attentif à un accomplissement; pour commencer à lui prêcher comment tous les signes de la fin des temps étaient présents. Et je l’interpelle : comment se faisait-il qu’il les ne voyait pas ? »

************************************** 

 

 « Tu vois une paille dans l’œil de ton frère, mais tu ne vois pas la poutre qui est dans le tien » et « Le coq n’aurait pas chanté trois fois que tu m’aurais renié » telles sont quelques-unes des remarques sévères du Seigneur JÉSUS adressées à son plus proche entourage. En d’autres termes, ABDRUSCHIN nous exhorta d’arrêter de poser notre regard sur les autres car nul n’est si pur qu’il n’est à lutter lui-même.

 

Ces observations sont des exhortations de la Lumière à effectuer le travail sur soi avant de s’offusquer des fautes du prochain. Je vais essayer d’illustrer cela par un rêve que j’ai fait.

 

« Dans ce rêve, je marche avec de grosses lunettes noires, comme un dindon dans la basse-cour.  Un homme est allongé sur un banc comme à la plage. Il me dit « regardez, le ciel se déchire ». j’enlève mes grosses lunettes noires pour bien voir. Et je réalise effectivement que le ciel se fend en deux. Aussitôt, sans rentrer en moi-même et sans même songer à remercier, je me retourne tout bonnement vers celui qui vient de me rendre attentif à un accomplissement ; pour commencer à lui prêcher comment tous les signes de la fin des temps étaient présents. Et je l’interpelle : comment se faisait-il qu’il les ne voyait pas ? »

 

Cela est très risible et je suis sûr que beaucoup ont la même réaction à la lecture de ce rêve sans comprendre qu’il ne s’applique pas qu’à moi seul mais à nous tous. Qu’à cela ne tienne, à mon réveil, je m’étais senti honteux et très ridicule car dans ce rêve non seulement sans l’aide de ce bon monsieur je n’aurais pas pu m’apercevoir avec mes grosses lunettes noires que le ciel se déchirait, je ne l’avais même pas remercié dans le rêve du fait qu’il me faisait prendre conscience que quelque chose d’important se passait au-dessus de moi, et en plus je ne savais même pas qui il était et pourquoi il était là sur mon passage, mais j’avais commencé par contre comme à nos habitudes de lui faire un cours de théologie sur la fin des temps alors que c’était peut-être un messager qui était là pour m’aider et me faire prendre conscience de ce qui se passait.

 

La morale de l’histoire est que nous les hommes, surtout ceux qui aspirent à être des serviteurs du Créateur, avons tendance à non seulement vouloir donner des leçons mais en plus à être scandalisés sur les fautes d’autrui, fautes qui sont d’ailleurs par ironie du sort précisément celles qui sont plus ou moins prononcées en nous-mêmes comme le Message et la vie de tous les jours nous l’enseignent.

 

Même ceux qui se croient savants et investis d’une mission pensent qu’il n’y a qu’eux qui servent, il est peut-être temps que nous devenions tous humbles en appliquant la Sainte Parole dans notre vie quotidienne. L’or reste l’or même venant des mains d’un mendiant. Soyons authentiques, devenons des exemples véritables, c’est ce que nous demande La Lumière.

 

Tout ne se fera pas en un jour ou une vie, travaillons sur nous-mêmes et abandonnons nos habitudes de vieil homme et de vieille femme, car ce sont les plus petites choses que nous croyons anodines qui justement nous empêchent effectivement de nous élever car nous refusons de travailler sur nous-mêmes mais perdons du temps sur les autres, et cela n’améliore vraiment pas le tableau si sombre.

 

Il n’y a pas de petit ou de grand pécher, le pécher reste le pécher. Le problème,  c’est nous même. Apprenons à nous écouter et écouter les autres sans à chaque fois réagir en juge car nous n’avons pas été investis pour cette mission. Ce que x ou y fait de son appel ou de sa vie c’est sa propre affaire et lui seul a des comptes à rendre s’il n’agit pas dans le sens de la volonté du Seigneur.

 

Le Seigneur Jésus Lui-même, sachant que Judas l’avait trahi n’avait aucune rancœur à son égard ; de plus il n’a jamais dit à l’un de ses disciples (du moins d’après les récits dont j’ai connaissance) que « tu seras à ma gauche au paradis » mais il l’a dit à celui qu’il n’avait jamais rencontré auparavant et qui implorait son pardon sur la croix en reconnaissant humblement qu’il méritait ce qui lui arrivait à lui, mais pas au Seigneur.

 

Nous ne savons pas si aujourd’hui même et dans le passé nous avons eu un comportement encore pire que celui que nous critiquons. Il y a des êtres qui s’incarnent ici peut-être seulement pour expier une faute, et nos méfaits sont peut-être plus nombreux encore. Reconnaître la Vérité ne veut pas dire que l’on a la garantie absolue du salut, ne nous leurrons donc pas. C’est en donnant ou en s’ouvrant que l’on peut recevoir et aussi être aidés, et l’on contribue ainsi à l’évolution de son prochain.

 

Nous sommes tous concernés par le blanchissement de nos robes car celles n’ont pas encore retrouvé tout l’éclat d’une pure et  parfaite blancheur, sinon nous ne serions pas ici sur terre.

 

Nzigou

 

 

Comments

  1. marchal said:

    ma question est

    on parle toujours de la traduction de lucien siffrid(francais), mais qu’en est il dans les autres pays?
    ont ils une traduction dans leur langue?la traduction du message 1931 par m Fisher n’est elle pas bonne, pourtant tous les exposés sont dedans et tous dans le même ordre?

    voila une petite question qui me traversa l’esprit

    cordialement

Leave a Reply

*