Grand merci à vous, Victoria de me permettre de m’exprimer sur ce que j’ai avancé et donc sur la position que je soutiens quant au retour du Seigneur sur terre pour accomplir Sa Mission finale.

Vous comprendrez tout d’abord que ma démarche en annonçant cela est sincère et honnête. Je peux bien entendu comme tout petit esprit humain m’illusionner ou me tromper et je n’échapperai nullement à cela.

Cependant, je voudrai absolument dissiper tout malentendu ou fausse interprétation que j’aurai, et de LA PAROLE transmise par le Seigneur ou des dernières REVELATIONS, (dont l’appellation exacte est DERNIERS ENSEIGNEMENTS DE LA LUMIERE  POUR LE SECOURS DE L’HUMANITE), Ecrits et témoignages offerts à l’humanité et que vous avez lus et reçus vous aussi.

En ce qui concerne les derniers Enseignements qui nous sont parvenus des Hauteurs Lumineuses, je ne peux que souscrire à vos propos et aux extraits que vous citez. Ils sont pour moi aussi, absolument exacts et authentiques, et je ne les rejette pas, bien au contraire, puisque je crois en leur réalité et y souscrit donc tout comme vous.

Les appels vibrants que les petites étincelles ont envoyé au SEIGNEUR IMANUEL/PARZIVAL et que Celui-ci a reçus, ainsi que l’intercession de la REINE DES CIEUX ELISABETH auprès du PERE ETERNEL ont bel et bien eu lieu : Les faits et les propos tenus sont pour moi absolument authentiques.

Question : Tout cela est-il pour autant en contradiction ou en opposition avec ce que j’énonce ?

Pour ma part, NON. Et je vais essayer de m’en expliquer, un peu longuement certes (que le lecteur me pardonne), mais cela ma paraît indispensable pour que celles et ceux ainsi, que vous-même Victoria qui m’avez opportunément interpellé, puissent se faire une opinion  sur ce sujet dont la nature et l’importance n’échapperont à personne et que ne soit également établi aucune confusion.

Du point de vue du seul contexte historique,  général et ordinaire (si je puis m’exprimer ainsi) que l’on peut connaître et appréhender les uns et les autres de cette trop longue période si trouble et si odieuse des années 1930 jusqu’à à la fin de cette horrible et épouvantable deuxième guerre mondiale, tous les témoignages, tous les documents sonores, visuels, écrits et autres, ainsi que les faits recueillis concordent bien pour dire que ce fût une époque infernale au sens propre du mot que les populations directement mêlées et emportées par ces événements durent vivre et subir.

En ce qui concerne plus particulièrement ce qui se passa à La Montagne même, et  plus tard sur les lieux où finalement le Seigneur a été exilé Lui et Son fidèle et maigre entourage, peut-on imaginer quelles furent les pensées intimes, les raisonnements, les attitudes, le désarroi et le déracinement vécus par les tout derniers disciples, Maria et Irmingard ou les quelques familiers face à tout ce désastre ( bien entendu et à plus forte raison en dehors de ce que ressentait, pensait ou pouvait exprimer le Seigneur Lui-même jusqu’à Son dernier souffle) !

Loin de moi l’idée de remettre en cause ce qu’ont pu dire et relater les principaux témoins ou derniers fidèles parmi les fidèles les quelques rares disciples qui étaient encore auprès du Seigneur lors des toutes dernières années de Sa vie sur la terre de Germanie, tout doit nous inciter à la plus extrême des prudences.

Peut-être faut-il admettre et reconnaître que, malgré leur haute valeur spirituelle et morale, leur attachement farouche et leur foi intacte envers le Seigneur, ces personnes L’entourant se trouvaient en face de toute une série de situations et d’événements les plus extraorinaires et les plus dramatiques qui soient : d’une part, la présence proche et réelle du FILS DE L’HOMME qu’ils essayaient d’accompagner fidèlement jusqu’au bout (alors que nombre des leurs avaient déjà trahi ou s’étaient enfui) et d’autre part, en face et aussi tout près, une humanité qui avait sombré et qui vivait dans un véritable enfer. En face de tout cela, il peut paraître (en tout cas à mes yeux) assez compréhensible que des hommes, emplis de bon vouloir et de sincérité aient réagi avec leurs sentiments et leurs cœurs.

Question : Et qu’en avait-il-été il y a deux mille ans du temps du FILS DE DIEU JESUS ?

Plusieurs dizaines d’années plus tard, les témoignages des divers apôtres et leurs propos sur le SAUVEUR s’étaient déjà transformés et au fil du temps, les écrits qui en résultèrent furent réduits et dénaturés : on connaît les différents évangiles et les erreurs qui ont pu être reproduites et à ce propos, Le Seigneur explique très bien dans plusieurs conférences de Son Message les manquements de Ses « compagnons » qui en fait, n’avaient pas compris le sens exact de Ses Paroles ou des Ses Actes, et il se plaignait amèrement de leur immaturité.

Alors, pourquoi ne pas concevoir et comprendre que du temps de ABDRUSCHIN, une situation comparable ait pu se produire. Il y a bien ce témoignage de Joseph Wagner qui rapporte que le Seigneur aurait exprimé des paroles qui indiqueraient que plus jamais un Fils de Dieu ne foulerait le sol de cette planète. Cela est-il à prendre si j’ose dire comme « Parole d’évangile » ?

Le Vrai et Authentique Message de 1931 nous offre nombre de conférences où le Seigneur Lui aussi se désole de ce même manque de maturité qui existe et perdure dans l’être humain de Son époque (reproches touchant aussi bien Son entourage immédiat, que l’ensemble de l’humanité). Et puis, cette terrible et funeste faillite des appelés qui n’ont pu répondre à l’Appel ou qui, s’ils avaient tout de même donné suite à Celui-ci, ont lamentablement failli en L’abandonnant ou plus, en Le trahissant !

Ce que j’essaie de dire, c’est que malheureusement, les mêmes causes produisent les mêmes effets. L’être humain de la terre n’a pas évolué et n’a pas non plus compris les leçons du passé. Tout s’est à peu près reproduit de la même manière qu’il y a deux mille ans : Les deux  Fils ont bien été assassinés, « liquidés », tel est le dernier terme que j’emploie à dessein parce que LA LUMIERE a été doublement trahie et meurtrie, d’une part par les ténèbres et d’autre part, par la faillite des hommes qui en résulta (je ne fais pas ici mention du meurtre perpétré contre le Prince de Lumière que fût déjà ABDRUSCHIN dans sa première incarnation du temps de Moïse en tant que Prince des arabes et qui n’était pas encore dans la véritable Mission dévolue au Fils de l’Homme, mais en quelque sorte en formation sur cette terre).

Le Fils de l’Homme, comme les textes l’avaient promis (l’Ancien et le Nouveau Testaments), est bien venu apporter SON MESSAGE DU GRAAL, LA PAROLE DIVINE aux hommes. Et qu’a-t-il rencontré dans ce second et long parcours d’apprentissage ainsi que dans cette première véritable Mission de cette incarnation terrestre qui fût menée en tant que MESSAGER DE LA PAROLE : l’incompréhension, le doute, l’indifférence, la haine même. Le monde des humains avait trop à faire avec ses propres petites et grandes affaires pour se soucier de la présence d’un ENVOYE DIVIN et ne croyait-on pas que la terre tournait toute seule ?

Ce que je voudrais essayer d’exprimer, c’est que pour moi, il n’existe pas de contradiction entre le fait qu’un être, fut-il un Envoyé de DIEU descendu parmi nous, et le moment crucial où il va quitter ce monde, puisse réagir avec des sentiments qui peuvent être ceux d’un simple esprit humain. Cette douleur simplement physique et le calvaire endurés par les DEUX FILS DE DIEU, cette souffrance intime et intérieure vécues par JESUS et ABDRUSCHIN, bien que FILS DIVINS, Ils la connaissaient et la vivaient sur notre plan terrestre dans toute leur chair et dans tout leur sang. Ainsi donc, malgré leur origine divine, le seul fait d’être dans la matière Leur donnait obligation d’obéir Eux aussi aux LOIS DU PERE. S’il n’en avait pas été ainsi, tout s’écroulerait car les LOIS n’auraient pas été respectées. Cela se peut-il ?  Je ne l’invente pas : tout cela est aussi clairement annoncé par ABDRUSCHIN dans Ses Ecrits. Et vous aussi, je ne peux que vous rejoindre dans  ce que vous exprimez très justement : « Pour la raison toute simple qu’Il n’est pas au-dessus des lois de Son Père » 

Lorsque j’émets l’hypothèse que le Seigneur ne pouvait pas accomplir toutes les Grandes Promesses de la Parole pendant le temps qui Lui était accordé lors de Sa dernière Mission en Germanie, cela n’est que le simple et terrible constat de la tragédie qui s’est déroulée dans la période historique relatée plus haut.

Normalement, et je suis bien d’accord pour reconnaître que le Seigneur aurait pu continuer Sa Mission, si les esprits humains de cette terre à qui il est accordé le libre arbitre, avaient enfin et normalement reconnu IMANUEL, le FILS DE L’HOMME et changé radicalement et rapidement tous leurs comportements erronés. Cela a-t-il été le cas ?

Non, bien évidemment. ABDRUSCHIN avait déjà une cinquantaine d’années lorsque le bandeau se déchira et lorsque les longues années d’apprentissage et de « galère » (j’emploie un terme à la mode) furent achevées. Pouvons-nous simplement imaginer quelles furent les souffrances et les expériences bonnes ou mauvaises et en tous genres qu’Il eu à vivre durant tout ce temps pour connaître encore plus l’âme humaine et ainsi porter secours à l’humanité. Nul n’est besoin d’insister là-dessus et le Seigneur l’a encore parfaitement dit dans la conférence « LE FILS DE L’HOMME » dont j’extrais le  passage suivant extrêmement important à mes yeux et à mon entendement :

« Tandis que le Fils de Dieu est né immédiatement en vue de Sa mission terrestre, la course du Fils de l’Homme, avant Sa mission, a dû décrire un cercle beaucoup plus vaste, avant qu’Il puisse entrer dans le commencement de Sa mission proprement dite. Venant des sommets les plus élevés, Il a dû, comme condition de l’accomplissement de Sa tâche, étant plus terrestre en comparaison de celle du Fils de Dieu, parcourir aussi les abîmes les plus profonds. Non seulement dans l’au-delà, mais aussi sur la terre, afin de pouvoir «éprouver» sur Lui-même toute la peine, toute la souffrance des êtres humains. C’est ainsi seulement que, l’heure venue, Il est devenu capable d’intervenir avec efficacité dans les défectuosités et d’apporter Son secours pour un changement. C’est pour cette raison qu’Il ne pouvait pas se tenir à côté de la vie de l’humanité, mais Il devait, au contraire, en vivant au milieu d’elle, connaître des amertumes et des souffrances. C’est donc encore, uniquement, à cause des êtres humains qu’Il a dû faire ce temps d’apprentissage. Mais, c’est justement parce qu’à l’esprit humain, dans son étroitesse, une guidance aussi élevée demeure incompréhensible, et qu’il n’est capable de juger que d’après l’apparence, que l’on cherchera à Lui en faire le reproche, de même qu’on le fit au Christ, en Son temps, afin d’entraver Sa tâche. C’est précisément ce dont Il dut souffrir à cause des êtres humains pour reconnaître les points les plus sensibles de leurs égarements, donc ce qu’Il a souffert et apprit à connaître, en le vivant, pour le bien à venir des êtres humains, que l’on utilisera comme une pierre pour L’atteindre, en une haine croissante, attisée par les ténèbres qui tremblent de peur devant leur anéantissement ».

Question : Pensez-vous donc à présent que notre SEIGNEUR et ROI pouvait donc accomplir et parachever Sa Mission avec l’édification et la mise en place du Royaume de Mille sous Sa propre conduite et dans la continuité immédiate du Message qu’il avait offert à l’humanité ?

Question : Croyez-vous que, dans ces mêmes années 1935/1940, le Seigneur ne se rendait pas compte et n’avait donc pas vu et compris que Sa mission sur terre avec Sa continuation dans cette même incarnation devenait une tâche impossible à  réaliser ?

Ce serait Lui faire injure que de penser le contraire. Il savait, se taisait, mais il a cependant bel et bien écrit l’Œuvre Parfaite destinée à cette humanité, puisqu’entre autre et je le répète et le martèle une nouvelle fois :

« C’est ainsi que fut envoyée la Volonté de Dieu Elle-même, dans la chair et le sang, à Laquelle tout vouloir humain ne peut s’opposer efficacement, et qui par Son Existence, demeure dans la Création seul Maître et Guide … Pendant le Jugement, la Volonté de Dieu Elle-même est, donc, parmi ces êtres humains de la Terre. Elle déclenche auto-activement le Jugement pour qu’Il procède à un dénouement rapide et cette Volonté conduit aussi Elle-même la nouvelle édification, … Cependant, la Volonté Divine Elle-même ne demeure pas dans la chair et le sang ici sur Terre, pendant mille ans, mais une fois l’édification accomplie, Elle remonte vers le Château fort du Graal ».

Question : Cette édification et cet achèvement de Sa Mission confiés par LE PERE ETERNEL ont-t-ils eu lieu ?  Non, bien sûr.

Vous mentionnez : « Le Seigneur ne savait pas qu’il allait revenir sur terre pour une autre mission. Pour la raison toute simple qu’Il n’est pas au-dessus des lois de Son Père. Les plans de la Lumière ne peuvent être élaborés qu’en fonction des décisions prises par l’humanité. Ces Plans ne sont pas préétablis de façon arbitraire ou de façon unilatérale ».  

Je ne vous contredirai pas sur ce point en ce sens que DIEU LE PERE est, si je puis m’exprimer ainsi ‘le Seul maître du jeu » qui en tant que tel, détient les clés, mais bien entendu  il ne peut agir que dans le cadre des LOIS établies.

Question : Concrètement, Ces LOIS provenant de l’ETERNEL seraient-elles mises à mal Si la mission complète dévolue à Son FILS n’était pas remplie intégralement ? Pour moi, la réponse est assurément OUI.

Autrement dit, les Plans élaborés par la Lumière ne le sont comme vous le dites très justement, qu’en fonction des décisions prises par l’humanité (lire la Conférence d’une clarté limpide à ce sujet : « Evénement cosmique » dont je soumets quelques passages au jugement du lecteur) :

« C’est précisément l’immuabilité de la Volonté divine, dans Sa perfection, qui exclut une intervention arbitraire de Dieu dans la Création. C’est cette même immuabilité qui L’a empêché d’éliminer purement et simplement Lucifer après sa chute causée par sa façon d’agir erronée. Elle doit tolérer également que les humains aillent à l’encontre des Lois de la nature donc de la Volonté divine, parce que l’esprit humain, par son origine de la sphère éternelle du spirituel-essentiel, dispose de la liberté de décision. C’est précisément dans les événements qui se déroulent dans la Création de matière fine et de matière dense que l’immuable perfection de la Volonté du Créateur doit se manifester comme une sorte d’entrave. Mais seuls des esprits humains médiocres et petits peuvent voir dans cette connaissance une limitation de Sa puissance et de Sa grandeur. Une telle interprétation n’est que le produit de leur propre étroitesse de vue ».

Et encore dans cette même conférence :

« L’aiguillage choisi par la libre décision de l’être humain peut être observé et ressenti exactement depuis l’origine; ensuite le parcours ultérieur peut clairement être prévu, parce qu’une fois la décision prise, il doit nécessairement se dérouler, au cours de son évolution, le long des voies ferrées correspondantes choisies, lesquelles représentent les Lois ancrées dans la Création. Cette circonstance rend possible la prévision de maints événements parce que les Lois de la nature – ou de la Création – dans leur impulsion évolutive, ne dévient jamais. Les millénaires ne jouent aucun rôle. Au sein de ces buts finaux prévus et absolus, naissent alors les grandes révélations dont l’image apparaît spirituellement à des privilégiés; elles arrivent à la connaissance de l’humanité par leur intermédiaire. Une chose, cependant, ne peut pas être prédite avec certitude: l’époque terrestre au cours de laquelle de telles révélations et promesses s’accomplissent!

Cela arrive à l’heure en laquelle un tel parcours de vie roulant sur les voies choisies arrive à une station intermédiaire ou au terminus. Le destin de l’être humain, de même que celui d’un peuple, comme enfin celui de l’humanité entière, est à comparer à un train qui attend en station sur une voie unique d’où débouche d’autres voies ferrées allant dans toutes les directions. L’être humain règle l’aiguillage selon sa préférence, saute à bord et donne la vapeur, c’est-à-dire: il l’anime. À son entrée sur la voie qu’il a choisie, on peut seulement mentionner les stations intermédiaires et le terminus, mais pas l’heure exacte d’arrivée à chaque halte; celle-ci dépend de la vitesse qui peut varier en fonction de chaque conducteur. En effet, c’est l’être humain qui anime la machine à sa façon. Selon son genre propre, il la poussera en avant, soit à une allure tranquille, soit avec une passion trépidante ou encore alternativement de l’une ou de l’autre manière. Plus le train d’un individu, d’un peuple ou de l’humanité s’approche d’une halte sur ses rails ou sur la direction de son destin, plus sûrement l’arrivée à destination peut être prévue et annoncée. Le réseau ferroviaire a, toutefois, aussi, quelques lignes secondaires qui, du fait d’un changement d’aiguillage, peuvent être utilisées pendant le parcours, afin d’emprunter une autre direction et atteindre ainsi une gare différente de celle envisagée en premier. Naturellement, cela exige un ralentissement à l’approche de l’aiguillage, un arrêt puis le changement d’aiguillage. La conduite plus lente c’est la réflexion, l’arrêt c’est la décision de l’être humain qu’il lui est toujours possible de prendre jusqu’au dernier point de décision, l’aiguillage enfin, c’est l’action qui suit la décision ».

En face de cette humanité qui avait lamentablement échoué, et de plus perpétré à l’encontre de Son FILS un nouvel assassinat, alors LE CREATEUR répondit, avec un infini AMOUR ainsi qu’une COMMISÉRATION et une MISERICORE sans pareil en donnant une réponse affirmative à l’Appel de Son Fils IMANUEL et à la Prière de la REINE DES CIEUX ELISABETH. LE PERE ETERNEL accorda donc à cette petite humanité cette GRACE INFINIE pour le retour de Son Fils afin que Celui-ci poursuive sa Mission interrompue et que les pauvres petits esprits humains puissent, une ultime fois, être sauvés de l‘abîme et de la perdition.

Ainsi, et toujours dans cette même conférence est-il annoncé :

« La perfection exige précisément que le Créateur, en envoyant Son aide directe à l’humanité faussement orientée, doive également compter avec une faillite possible de cette humanité lors de sa prise de décision. Du fond de Sa sagesse et de Son amour qui lui sont propres et naturels, conformément à la Loi, Il tient en réserve pour ce cas, d’autres chemins de secours qui viennent rejoindre les premiers, coupés dans certaines circonstances par la faillite de l’humanité ».

Pour moi, « la messe est dite » : La décision ne pouvait venir que du PERE, de l’ETERNEL, du CREATEUR, mais pas du FILS, Son Envoyé qui Lui, accomplit. Cela me paraît simple, logique et naturel.

Et Cela m’amène donc à  votre question : « Que se serait-il passé si le Seigneur et la Reine des Cieux n’avaient pas élevé leurs prières ? »

Ma réponse est que LE CREATEUR serait de toute façon intervenu et aurait donc envoyé Son aide directe à l’humanité en la personne de Son Fils IMMANUEL afin que, durant le Règne de Mille ans, cette humanité puisse apprendre et progresser. Pendant cette longue et rude école, la volonté humaine ainsi que son libre arbitre se trouvent donc inopérants puisque la créature humaine sera déshérité de tous ses droits dans la création et ce n’est donc qu’à la fin de cette période probatoire et définitive que cette même humanité pourra ou non être sauvée (là encore, lire attentiviement la Conférence  » le Royaume de Mille ans »).

 ************************************************************************************

 Enfin, et pour conclure (peut-être provisoirement ?),  je vais donc  en terminer avec cette dernière  petite remarque à destination de Victoria en lui indiquant ceci :

Question : ABDRUSCHIN-IMANUEL-PARZIVAL, qui fût et qui EST La VOLONTE personnifiée et incarnée sur cette petite planète pouvait-Il exclure la moindre possibilité, omettre le moindre détail, Lui qui avait écrit de Sa Main et de Sa plume cette immense Œuvre qu’est LA PURE PAROLE DIVINE « DANS LA LUMIERE DE LA VERITE » ?

DANIEL

P.S. : je me permets de revenir aux réflexions très pertinentes et si bien imagées apportées par le créateur de ce Blog Monsieur Soualiho KONE en date du 20 mars 2010.

http://graal1931.politicien.fr/2010/10/29/la-question-du-retour-du-seigneur-sur-terre/

Je conseille et j’incite fortement le lecteur à en prendre connaissance. Celles-ci voient s’affronter les différentes thèses entre partisans ou adversaires de la théorie du retour du Seigneur parmi nous, et je retiendrai simplement sa conclusion qui résume tout :

« Les êtres humains élaborent des plans dans la matière, Mais jamais encore Les plans de la Lumière n’ont coïncidé Avec ceux des humains ». 

2 Comments »

 

 

Je voudrais revenir et intervenir plus longuement sur les deux intéressantes contributions apportées par Brigitte et Pascaline à propos de l’existence des deux Messages.

 

Il ne fait nul doute que pour moi aussi, le véritable et authentique Message apporté à l’humanité par le Seigneur est bien celui de 1931, et dont la traduction française de Lucien Siffrid doit être absolument lue et connue de tout chercheur sérieux.

 

Le Message en trois volumes qui circule depuis l’immédiate période d’après-guerre ne peut pas être Celui qui nous était destiné, pauvres petits êtres humains en perdition.

 

Comment en effet après avoir eu en mains les deux versions douter un seul instant  de celle qui fut réellement écrite par le Seigneur ?

 

Et surtout, comment ne pas saisir et sentir tout au fond de soi et de son cœur La PAROLE qui fut offerte par la Lumière ?

 

Et Brigitte qui le ressent dans toute sa féminité, l’exprime très justement en ces quelques mots : « Un chercheur trouvera dans un premier temps l’édition de 1940 mais son intuition ressentira une disharmonie et un jour il trouvera LE MESSAGE de notre SEIGNEUR ET ROI ».

 

Il est vrai que cette forte dissonance est belle et bien présente et je rejoindrai là aussi les propos plus récents de Pascaline qui nous éclairent avec ces termes si exacts : « … il y a entre autre la STRUCTURE du Message, Chaque mot est VIVANT il doit être à sa place. Tout Le Message est un tissage, qui agit, il n’est pas posé juste là pour notre compréhension…. De la même façon que chaque cellule du corps humain DOIT être à sa place, pour former un tout en bonne santé et bien vivant ».

 

Voilà, tout est parfaitement dit et si je puis m’exprimer ainsi, « lâché ». Quant à Elle, la Sainte Parole Est, Vivante, Eternelle et le lecteur qui a la grâce de La découvrir (ou La redécouvrir quand il est passé comme moi et bien d’autres par l’intermédiaire des trois volumes de la version édulcorée) telle qu’Elle fut écrite, intacte et non déformée ou mutilée, en ressentira assurément toute Sa magistrale et merveilleuse architecture.

 

Et moi qui aime et apprécie tout  particulièrement la musique dite classique, oserai-je avancer et dire que à l’image de cette Œuvre immense et parfaite léguée par le SEIGNEUR DES MONDES, ce que nous a apporté Jean- Sébastien Bach (essentiellement son œuvre sacrée : Passions, Oratorios, Messes ou cantates) est empreint de cette même richesse et de ce même souffle incomparables qui font que tous les agencements et combinaisons s’enchaînent, s’imbriquent, se combinent et se fondent dans une logique et un ordre parfait, où rien, pas la moindre petite composante bien sûr, n’est laissée au hasard.

 

Oui, le Message est un véritable tissage dont chaque fil a sa juste place. Et le puzzle se reforme et s’assemble peu à peu sous nos yeux et nos sens, tout comme lors de l’écoute d’une Passion de Bach : les notes, les phases musicales, les cadences, les harmonies, les voix des chanteurs et des chœurs, les sonorités rendues par les instruments soit en solistes soit tous ensemble, prennent vie et ressortent harmonieusement dans leur splendeur et leur magnificence, mais aussi dans toute leur simplicité et leur pureté.

 

Tout apparaît et transparaît : les moindres nuances exprimées par une voix cristalline, le chant mélodieux et clair d’un hautbois ou la plainte grave et sombre d’un violoncelle jusqu’aux fracas de l’orchestre au complet qui se déchaîne et libère toute son énergie et sa puissance. Comme les sonorités qui se déploient et se transforment à l’oreille de l’auditeur, les différentes couleurs de la palette choisies par le peintre s’assemblent et s’étalent sur la toile, pareillement à la forme qui prend doucement vie sous les mains du sculpteur ou du potier, tout s’anime pour nos yeux et peu à peu, les fils du merveilleux tissage du Message de Vérité apporté par le Fils de l’Homme IMANUEL se rassemblent et s’unissent pour enfin restituer la richesse et l’éclat de toute Son immense Œuvre.

 

Puissions-nous, pauvres petits habitants de cette terre démêler le vrai du faux dans ce qui nous est proposé et retrouver ces véritable fils qui produisent le bon,  bel et honnête ouvrage. Ainsi, pourrons-nous appréhender à sa juste et vraie valeur le don immense qui nous est fait.

 

La Parole Sainte et inaltérée apportée par Notre Seigneur et Roi ainsi que les dernières Révélations provenant des Hauteurs Lumineuses, tout cela doit nous inciter plus que jamais à rester vigilants, donc à l’écoute attentive de tout ce qui est écrit, donné, proclamé et annoncé aussi bien actuellement qu’auparavant.

 

En effet, tout comme il y a deux mille ans, les bonnes et vraies solutions ainsi que les avertissements nous sont donnés et pareillement  à l’époque de JESUS, il y a deux millénaires, un autre FILS DE DIEU, Son Frère chemine inconnu parmi nous. Il est encore en attente et se prépare à accomplir la dernière Mission confiée par Son Père.

 

Une Mission ultime, dantesque et purificatrice qu’Il doit désormais exécuter jusqu’à son terme comme cela avait été prévu depuis des millénaires et pour laquelle Il donna comme signe et comme promesse Sa Parole inaltérée il y a seulement quelques petites  dizaines d’années de cela sur ce sol de Germanie ruiné comme tant d’autres par la folie collective, meurtrière et  guerrière des hommes, mais aussi dévasté par la faillite de la plupart de ceux qui devaient L’accompagner et qu’Il avait appelés, sol sur lequel devait être achevé et resplendir le « Lieu de Dieu sur terre » sur cette Sainte Montagne qui se trouve désormais abandonnée.

 

Et puis …..

« Et, soudain, l’heure de l’accomplissement de la promesse pour le grand Tournant Cosmique était là! De façon apparemment soudaine telle qu’il en fut autrefois en Égypte. Seuls les participants savaient, tandis que l’humanité dormait tranquillement. Quelque chose de grand se préparait ainsi et, après le long temps d’apprentissage sur terre, Abdruschin entra dans la mission qui Le plaça en face de l’humanité comme le Fils de l’Homme promis afin que l’humanité se juge par sa présence! Par sa présence; car, comme déjà expliqué, Il est le Jugement, mais Il ne juge pas ». 91. Et cela s’est accompli..!

 

Mystère. Non. Oh que non !

 

Aucune astuce, aucun artifice.

 

Pour celle et celui qui sait voir et entendre, pour celle et celui qui sait lire et comprendre le Message de Vérité, tout est dit, tout est indiqué et consigné, et je dirai de manière abordable dans un langage accessible et clair pour chacun de nous. Il suffit d’ouvrir tout simplement les yeux, de tendre les oreilles et de faire parler son cœur.

 

Mais avant de pouvoir connaître le Royaume tant attendu des Mille Ans, il faut bien avoir à l’esprit que l’être humain ne peut parvenir et atteindre à lui seul ce but et ce couronnement.

 

Malgré la bonne volonté de quelques uns, malgré la petite étincelle qui peut jaillir ici ou là, Il en est incapable. Ephésus est tombée si bas que sans l’aide promise par la Lumière, leurs habitants ne peuvent sortir du bourbier dans lequel ils se sont mis. Et à cette fin, il lui faut l’aide de toute une armée,  une armée qui jusque là, est restée silencieuse et non visible aux petits esprits de cette terre. Cette armée est au service exclusif du SEIGNEUR et nous devons savoir qu’elle existe bel et bien, et prête à nous faire entrer dans le Jugement final, celui que l’on connaît sous le nom d’Apocalypse.

 

Pour que la Parole de Vérité s’accomplisse, il m’est alors apparu de manière tout aussi claire qu’évidente, que la Volonté de DIEU personnifiée par son Fils s’incarne à nouveau sur cette terre, afin qu’Elle puisse construire Elle-même la nouvelle édification.

 

Ainsi, de façon incontestable et naturelle, je me permets de penser et de croire intensément que le Seigneur est bien de retour sur cette terre. Tout cela est d’ailleurs clairement mentionné dans la Conférence 14 des Résonances I intitulée « Le Royaume de Mille ans » : « C’est ainsi que fut envoyée la Volonté de Dieu Elle-même, dans la chair et le sang, à Laquelle tout vouloir humain ne peut s’opposer efficacement, et qui par Son Existence, demeure dans la Création seul Maître et Guide … Pendant le Jugement, la Volonté de Dieu Elle-même est, donc, parmi ces êtres humains de la Terre. Elle déclenche auto-activement le Jugement pour qu’Il procède à un dénouement rapide et cette Volonté conduit aussi Elle-même la nouvelle édification, … »

 

Et cela est encore plus explicitement confirmé et précisément expliqué par les quelques phrases essentielles suivantes se trouvant dans cette même conférence : « Cependant, la Volonté Divine Elle-même ne demeure pas dans la chair et le sang ici sur Terre, pendant mille ans, mais une fois l’édification accomplie, Elle remonte vers le Château fort du Graal ».

 

Après Son départ de cette terre germanique, Sa Véritable et Unique Parole fut changée, défigurée alors que le Mouvement qui se réclamait de Lui se transforma peu à peu pour se figer et s’ériger en église, laquelle église éclata d’ailleurs en plusieurs branches.

 

Peut-on réellement croire que la Mission du Fils de l’Homme se soit achevée sur ce constat effarant de la faillite des hommes et des institutions, constat que l’on peut faire seulement quelques petites dizaines d’années après ?

 

Certes non. La Lumière ne peut finalement être que victorieuse ; Elle ne peut laisser faire tout cela, et les lois d’airain ancrées dans la création ainsi que le Message délivré par le Seigneur sont  là pour en témoigner : le Règne de Mille ans et la mise sous tutelle des habitants de cette terre qui auront la possibilité et l’autorisation d’y vivre arrivent inexorablement.

 

Et il ne peut être fait que la triste, navrante et implacable constatation  suivante : l’humanité, ou plutôt et précisément ceux qui ont eu la grâce de reconnaître la Parole, qu’Elle soit authentique ou falsifiée, sont décidément bien incapables de réaliser par eux mêmes cette nouvelle édification, et donc impulser et mettre en place le Royaume millénaire promis.

 

Le déchirement produit dans les seuls rangs de ceux qui connaissent le Message et reconnaissent Celui qui est venu pour tenter de les sauver est tel que la Terre ne peut qu’aller à sa perte et les signes si souvent indiqués et promis sont bien là, s’accentuent et s’accumulent.

 

Les écrits du Seigneur seraient-ils donc vains, voire faux pour que la Lumière apportée par Les Deux Fils du PERE ETERNEL soit Elle aussi inopérante et que la Volonté divine soit négligeable ou inutile ?

 

Cela est bien sûr impossible, car oser penser et croire à cela, ce serait nier et rejeter TOUT en bloc la Parole qui Est et demeure éternelle, sans faille.

 

Une troisième incarnation d’Abdruschin, justement destinée à diriger en personne cette nouvelle construction face à cette humanité désemparée, apparaît dès lors inéluctable, d’autant que Les Lois exigent que les évènements ne puissent se réaliser en seulement quelques petites dizaines d’années terrestres. Et les Fils de Dieu ne peuvent non plus passer par dessus ces principes et donc aller au-delà de la Volonté du Père.

 

Lors de ce vingtième siècle révolu, La tâche dévolue au Fils de l’Homme pendant seulement quelques décennies était manifestement impossible à réaliser car le travail immense qu’Il Lui restait encore à accomplir en une seule vie terrestre et l’état spirituel dans lequel se trouvait les habitants de notre planète, donc nous-mêmes, ne permettaient pas la solution et la  possibilité d’un règlement rapide et positif. 

 

Ainsi, l’ « Instructeur des Mondes » doit-il enfin accomplir et parachever Sa Mission en foulant une troisième (et dernière fois) le sol de notre planète comme cela est écrit et annoncé dans la conférence 87 portant ce titre.

 

Lui seul peut donc mener à bien cette tâche qui est celle de l’édification du Royaume de Mille ans. Dans cette dernière et ultime étape, les missions proprement dites d’explication du Message et peut-être aussi de mise en place et de fondation d’une croyance unique parmi les êtres humains Lui sont ainsi dévolues.

 

Aucun être venu des plans supérieurs et à fortiori aucun esprit humain de la Terre ne peut réaliser ce travail immense. Et une fois la mise en place de la construction du Royaume achevée et assurée, la Volonté Divine ira rejoindre tout naturellement Son plan originel. Là aussi, tout est dit et tout est extrêmement clair et naturel dans l’explication donnée :

 

« … Mais une fois l’édification accomplie, Elle remonte vers le Château fort du Graal. Toutefois à Sa place, pendant ces mille ans, règne alors toujours sur Terre un Porteur de Sa Volonté, qui Lui est directement relié. C’est toujours un Créé-Originel, un Pur-Spirituel, qui déjà en raison de son genre, surpasse en savoir et en puissance les esprits humains de cette Création Postérieure, qui tous, ne font partie que des esprits d’évolution. C’est à chaque fois un Chevalier du Saint Graal venant du Château fort, où Il est auparavant préparé comme Porteur d’Épée d’Imanuel, la Volonté de Dieu ».

 

D’autres Paroles rejoignent et confirment une fois de plus tout ce qui est annoncé, soit :

« Il viendra un jour, sur terre, un reflet du véritable Paradis, sous la main du Fils de l’Homme, au commencement du Royaume millénaire, comme naîtra aussi en même temps un reflet terrestre du Château fort du Graal, dont le modèle original se dresse sur la hauteur la plus élevée du véritable Paradis, comme l’unique et le vrai Temple de Dieu »  (Conférence 52 Evolution de la création). E t puis :

 

« Que ces événements s’accomplissent conformément aux prévisions, aux désirs et aux idées humaines ; cela va à l’encontre de tous les événements jusqu’à présent. Jamais encore dans le passé les opinions humaines n’ont concordé d’avance avec les effets de la Volonté divine. La réalité fut toujours différente des représentations des êtres humains et ce n’est que longtemps après qu’ils se rendaient parfois lentement compte de ce qui était arrivé. Cette fois encore il n’y a à espérer aucun changement parce que la mentalité des êtres humains et leurs conceptions n’ont rien gagné sur ce qu’elles étaient jadis, bien au contraire, elles sont devenues des réalités encore beaucoup plus matérielles » (Conférence 60 Le Fils de l’Homme).

 

Si la Parole ne s’accomplissait pas, cela signifierait que Celle-ci est inexacte, fausse. Et cela ne peut être, cela est impossible.

 

Tous les événements que nous vivons actuellement sur cette terre, leur accumulation et leur rapidité attestent de l’arrivée et de l’imminence de changements importants et décisifs. La pression de la Lumière se fait de plus en plus forte et la présence du Fils de l’Homme, où qu’Il se trouve sur cette terre l‘explique et l’atteste, car Lui seul peut agir en tant qu’Envoyé Divin.

 

 

Voilà ce que j’avais à dire : ce que je ressens ou ce que je sens. Je n’ai absolument  aucune prédisposition à voir (clairvoyance) ou pressentir et je tente dans mon petit coin de chercher encore et croire plus que jamais à la promesse et à la réalité de ce Royaume des Mille ans promis et tant espéré.

 

Peut-être que ce que je porte en moi se nomme tout simplement la foi, une foi que, j’essaie d’accompagner de la conviction et de la sincérité.

 

Que celles-ci puissent apporter un peu de force et de soutien à tous ceux qui douteraient encore de la LUMIERE DE LA VERITE et des derniers Enseignements provenant des Hauteurs Lumineuses et qui sont apportés aux hommes de cette terre pour leur salut.

 

« C’est ainsi que s’élèvera sur terre le Royaume de Dieu tant espéré qui fut autrefois promis aux justes comme le Royaume millénaire. Il sera imposé de force par la puissance supraterrestre et surhumaine donnée à l’Envoyé de Dieu, pour l’accomplissement de la promesse ». 91. Et cela s’est accompli..!

 

Merci à Pascaline qui par sa citation : « Tous, chercheurs, on ne doit pas stagner et s’asseoir sur ce que l’on sait »  m’a ainsi indiqué et révélé la voie à suivre.

 

Et Merci encore à vous, Monsieur Soualiho de m’avoir permis d’entrouvrir les bonnes portes avec les bonnes clés.

 

DANIEL

 

 

 

3 Comments »